Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠

Un forum RPG où les étoiles vous protègent ! Venez vous amusez pour vivre plein d'aventures!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité

avatar



MessageSujet: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Jeu 12 Déc - 19:13


Fiche de présentation de Helden Nix



Carte d'identité



Nom: Helden
Prénom: Nix
Age: 17 ans
Nationalité: Américain
Occupation: Étudiant
Race: Humain










Informations.




Voici la jeune fille la plus charmante qui soit, d’une élégance sans pareille, d’une beauté incomparable et un adorable sourire. C’est souvent ce que les gens se disent, lorsqu’ils croisent Nix pour la première fois. Ceci sans savoir qu’il n’a rien d’une demoiselle, à part la fragilité apparente, et ce côté princesse à sauver de sa tour d’ivoire. C’est vrai, tant qu’on ne lui retire pas son pantalon, il est très difficile de se rendre compte que la personne face à nous est en réalité un garçon. Pourtant, c’en est bel et bien un. Les apparences sont souvent trompeuses, gardez ceci à l’esprit.

Vous l’apercevez, au loin, qui sautille comme un enfant et tourne sur lui-même, le nez en l’air pour profiter de cette pluie. Cette même pluie qui trempe peu à peu ses vêtements, mais ce que vous remarquez en premier, c’est son visage. Vous avez rarement vu telle beauté. On peut facilement le qualifier de « mignon », ou encore simplement de « poupée en porcelaine » car oui, il a tout de ces dernières. La peau opaline, les longs cheveux fins et soyeux, cette grâce indescriptible et ce regard. Ce regard duquel vous ne pouvez plus vous détacher. Vous êtes paralysé par ces billes chocolatées.

Vous avez pu, tantôt, y apercevoir de la joie ; de celle qui fait pétiller son regard, un éclat sublime qu’on ne peut qu’admirer. Cette couleur qui vacille du chocolat au lait au noir, en passant par le caramel. Lorsque les rayons du soleil daignent se montrer, ses iris sont d’une incroyable teinte ambrée, ce qui donne d’autant plus d’envie de le croquer sur le champ. Il est facile de comprendre quelle genre d’émotion le traverse, rien qu’en le fixant droit dans les yeux. Nix ne cache pas ses ressentis, il ne sait y faire, à son plus grand regret. La peur qui l’assaille comme le désir profond qu’il ressent, tout ceci peut se voir dans ces prunelles.

Puis son regard perd de son éclat. Il reste braqué sur le ciel nuageux d’où tombent une multitude de goutte, venant directement se poser sur sa peau, roulant sur cette dernière en redessinant le contour parfait de son visage, et disparaissant sous ses vêtements qui, au fil du temps, commencent à lui coller à la peau. Ainsi positionné, on peut correctement voir à quoi il ressemble. Avec son petit nez en trompette, et ses lèvres… Ses délicieuses lèvres, fines, douces, légèrement rosées, qui ne demandent qu’à être embrassées. Cette ravissante bouche offre différent sourire. Cela peut aller au petit discret à celui si large qu’il semble aller jusqu’à ses oreilles, mais tout en beauté. Jamais Nix ne perd de cette incroyable beauté. Même lorsqu’il pleure – là, il est encore plus mignon -, ou quand il est en colère – c’est beau la colère après tout.

Cette mélancolie prend place sur son si beau visage, n’enlevant rien à sa beauté, donnant simplement l’envie de le prendre dans ses bras pour le réconforter. Vous ressentez cette envie vous tirailler, mais vous n’en faites rien, vous vous contentez de l’observer de loin, d’essayer de comprendre quel genre de pensée traverse actuellement son esprit. Et vos yeux descendent, petit à petit, sur le corps si fin de cet étrange personnage. Il semble être dépourvu de muscle, n’avoir que la peau sur les os ou pas loin de ce stade, cet air si fragile qu’il arbore vous donne d’autant plus envie de le protéger de tout danger. Plus vous descendez, plus vous remarquez que sa chevelure est assez longue, arrivant facilement sous son fessier – dont vous détournez rapidement les yeux bien sûr.

Vous revenez plus haut afin de la voir en entier, cette chevelure si longue, aux cheveux aussi fins les uns des autres, d’une couleur proche à celle de ses yeux, tantôt chocolat au lait, tantôt proche de l’ébène. Quelques mèches retombent sur son visage, dissimule son front et ses sourcils, formant une frange qu’il laisse aller entre ses yeux pour ne pas trop le gêner. Le reste de ses cheveux ? Généralement, il les laisse détacher, pour la majeure partie, car deux longues mèches, une de chaque côté de son visage, sont attachées d’un ruban blanc, où y est justement accroché deux petites clochettes, sur celle de droite, qui tintent à chacun de ses mouvements. Pour passer inaperçu, y’a mieux.

Autrement, vous revenez sur l’aspect général et prenez connaissance de sa tenue. Plutôt légère, comme à son habitude, car il n’apprécie pas être encombré d’un surplus de vêtement, et malgré son air fragile, il n’a rien d’un frileux. Vous voyez qu’il ne porte aucun accessoire particulier, rien qui vous saute aux yeux, autre que ces deux clochettes. Il ne semble pas avoir de style particulier, tant que c’est léger et confortable – parfois un peu mignon -, tout peut lui aller. Et là, il tourne la tête vers vous, vous ayant enfin remarqué, et ne semble même pas surpris contrairement à vous, comme s’il était habitué à être ainsi observé. Avec un tel physique, cela n’a rien d’étonnant… Dur de se dire que c’est un garçon. Mais ce genre de chose importe peu, non ?

A l’écoute – Affectueux – Compatissant – Digne de confiance – Direct – Naturel – Timide.
Blasé – Cachottier – Crédule – Distrait – Égoïste – Émotif - Curieux



Qui a dit que la curiosité était un vilain défaut ? Pas toi en tout cas ! Tout en toi n’est que curiosité, tant de la part des autres, que toi vis-à-vis d’eux. Tu cherches constamment une réponse à tout, que tout soit logique à tes yeux, que tu puisses enfin comprendre ce qui motive les êtres qui t’entourent à évoluer de cette manière. Tu voudrais être capable de deviner leurs intentions d’un simple regard, mais malheureusement pour toi, tu es encore bien trop naïf pour parvenir à cela. Oh, ça pour l’être tu l’es ! Bien sûr, tu as appris à ne pas faire confiance aux inconnus, et depuis la soudaine et incompréhensible trahison de ton ami, tu as du mal à donner ta confiance aux autres. Ils se doivent de la mériter ! Qu’ils se montrent intéressants !

Mais ceci ne t’empêche pas de croire à tout ce que l’on te dit, à ton plus grand malheur. Enfin, ce n’est pas comme si tu allais lever la tête si quelqu’un s’écriait d’un coup qu’il y avait un éléphant rose qui vole… Tu n’es pas stupide, non plus. Juste un peu innocent. Le mot qui te qualifierait sans doute le mieux est « ingénu ». La drogue ? Tu ne connais pas. Le sexe ? Bien que tu y aies déjà touché sans le vouloir, ce mot n’a pas plus de sens que le premier. C’est une chose à laquelle tu ne préfères pas toucher, à cause des on-dit. Pourtant tu restes très curieux. Tout t’intéresse, ce n’est pas pour autant que tu désires toucher à tout. Qu’est-ce que ça fait, de tuer quelqu’un ? Tu te poses la question, mais tu ne désires pas le faire. C’est aussi simple que cela.


Après tout, faire le mal est sans doute la dernière chose que tu ferais, même si la personne le mériterait. Tu es quelqu’un de très gentil, toujours prêt à prêter ton épaule aux autres pour qu’ils puissent s’y appuyer et pleurer de tout leur saoul. Ils peuvent compter sur toi, tu feras tout pour ne pas les décevoir. Si cela devait arriver un jour, tu te sentirais vraiment très mal, et tu ferais tout pour te racheter. D’ailleurs, étant quelqu’un d’assez franc qui ne garde, généralement, pas sa langue dans sa poche, tu fais souvent des bourdes, mais souvent ce n’est rien de grave, car tu n’es pas méchant pour autant, et le ton que tu emploies ne peut pas être vu comme hautain, car tu es tout sauf cela.

Malgré ta franchise, tu es plutôt du genre timide, avec cette boule au ventre alors que tu dois parler à quelqu’un. Tu y arrives, avec quelques balbutiements et des rougissements, tout ce qu’il te faut pour être qualifié de mignon à vrai dire – et recevoir des compliments te fait devenir une écrevisse en moins de deux -, mais tu ne caches pas ta timidité. Tu restes toujours toi-même en n’importe quelle circonstance. Tu ne veux tromper personne, que tout le monde sache qui tu es vraiment au premier abord, alors tu souris. Constamment tu as ce sourire agréable au bord des lèvres. On te dit souvent chaleureux, affectueux parfois aussi, et tu acceptes cela, c’est ce que tu es.


Autrement, il y a aussi quelques défauts dont on se doit de parler, bien sûr. Bien que cela ne se remarque pas facilement, à ton plus grand désarroi, tu es devenu plutôt blasé. Exactement, dégoûté de la vie que tu mènes, ne sachant plus sur quel pied danser, avec la peur au ventre de faire un faux pas. Il t’arrive souvent de te départir de ce sourire, de cet air agréable que tu arbores la plupart du temps face aux autres, mais comme toute personne, tu as tes limites. Et les tiennes ont déjà dépassé, pourtant tu t’accroches. Tu pries en secret de retrouver goût à la vie et aux autres choses qui te passionnaient, avant. Tu gardes courage, et tu sais que c’est déjà un grand pas en avant.

Il est possible de confondre cette indifférence que tu sembles avoir avec ton côté tête-en-l’air, facilement distrait, tu as souvent le nez en l’air, la tête dans les nuages. Tu te sais un peu à part, mais tu te plais à être dans la lune, de temps à autres. Tu ne penses pas à grand-chose en particulier, tu profites simplement d’un moment de silence, de paix avec toi-même, même si ceci arrive alors que tu es en pleine discussion avec quelqu’un. Tu t’en détournes très vite, et te perds dans tes pensées. Pensées que tu gardes pour toi, comme beaucoup de chose, sans que cela fasse de toi un trompeur. Tout le monde a ses petits secrets, n’est-il pas ? Tu as les tiens, et tu comptes bien les garder au fond de toi, à labri des regards indiscrets.




Ton histoire.




Ma mère est partie. Sans un mot, sans un regard en arrière, sans l’intention de revenir un jour. Et elle m’a laissé avec lui, ne s’inquiétant pas de ce qu’il pourrait advenir de moi. Elle a simplement pris ses affaires et s’est faite la malle. Encore aujourd’hui, je n’arrive pas à croire qu’elle ait pu faire une telle chose. Qu’elle veuille s’éloigner de cet homme, je le conçois parfaitement, j’ai toujours eu cette envie mêlée à la peur dans mon ventre. Mais si j’avais eu à faire un choix pareil, partir ou rester, je serais parti aussi. Seulement je n’aurais pas laissé mon enfant derrière moi. Je lui aurai sauvé la vie. C’est tout de même la chair de sa chair ! Et pourtant, elle m’a abandonné sans le moindre regret. Quand était-ce déjà ? Je n’étais qu’un enfant à ce moment-là. J’étais si jeune qu’aujourd’hui, je ne parviens pas à me souvenir des traits de son visage, du timbre de sa voix, ou des moments que j’ai pu passer avec elle. Tout est flou dans ma mémoire. Sauf cet instant où je l’ai vu s’éloigner de la maison en l’absence de mon père, cet homme qu’elle cherchait à fuir, bagage à la main, et qu’à aucun moment elle ne s’est retournée malgré mes nombreux appels. Elle m’a laissé seul. Seul avec cet homme.

Et les années sont passées de cette façon. Je suis toujours resté avec lui, bien que j’aie toujours souhaité m’en aller, comme ma mère l’a fait. Chaque jour, je le passais dans la peur qu’il ait encore besoin de décompresser. Je tentais par tous les moyens d’éloigner ce sentiment de crainte qui m’habitait à toute heure, en me raccrochant aux moments joyeux que j’avais avec mes amis. L’école m’était précieux, voir indispensable. Même si j’étais malade, je me devais d’y aller – déjà parce que mon géniteur ne m’aurait jamais laissé rater le moindre cours, et aussi parce que moi-même je ne voulais pas rester une seconde de plus dans cette maison. Enfant, je n’avais pas conscience du mal ou du bien, inconsciemment j’avais cette notion ancré dans la tête, dans le cœur et dans le ventre car cette peur je la ressentais depuis bien longtemps. Malheureusement, à l’école, je n’avais pas que des moments joyeux. Il y avait toujours les idiots qui s’amusent à blesser les autres. Ceux qui ne savent pas qu’ils blessent profondément avec leurs mots. Alors bien sûr, eux qui me disaient que j’étais un enfant indésirable, que ma maman m’avait abandonné, c’était très blessant, c’était douloureux, et ça m’est resté. J’ai toujours eu cette pensée secrète : « On n’a pas besoin de moi ». J’avais pourtant toujours mon père. Si seulement il se comportait comme tel…

Je ne l’ai pas précisé, mais ça a dû faire tilt dans votre esprit. Cet homme qui m’élève à contrecœur n’est pas juste « sévère ». Il est aussi … violent. Ce n’est pas dû à l’alcool ou la drogue, jamais ô grand jamais il ne toucherait à ce genre de substance – je ne vous raconte pas ce qu’il me ferait si j’osais simplement poser mon regard dessus. Il est violent de nature, il n’a besoin de rien pour le pousser à cela, juste d’avoir quelqu’un sous la main. Et il m’a, moi. C’est pour cette raison que ma mère est partie, elle ne pouvait plus supporter ça, ce qui est tout à fait compréhensible… Sauf la partie où elle me laisse entre ses mains. C’est un geste bien plus violent que n’importe lequel que mon père a pu avoir envers moi. C’est le genre de chose qu’on se dit « ça arrive toujours aux autres, mais pas à moi. », et qui vous arrive en pleine face sans que vous ne l’ayez vu venir. Et encore, je savais pertinemment qu’il se retenait toujours. D’abord parce que j’étais un enfant. Ensuite parce que j’ai toujours eu cet air fragile. Cet air de poupée en porcelaine. Celui qui fait toujours avoir peur de me casser quelque chose si jamais on posait la main sur moi. Pourtant cela ne l’a pas empêché de la lever à plusieurs reprises. A l’époque, je ne savais pas que c’était mal, même si j’avais peur, que je ne le voulais pas, je ne savais rien. J’étais un enfant.

J’ai grandi avec cette apparence de pure fragilité (de princesse qu’on me disait parfois), et avec cet homme qui doutait de plus en plus de mon appartenance pour la gent masculine. Il n’est pas le seul à avoir des doutes là-dessus. C’était plus facile pour moi de vivre en m’habillant comme une fille – cela m’allait bien mieux aussi faut-il dire. Cette ressemblance avec une poupée de porcelaine n’était pas que pour la fragilité, mais aussi pour la beauté. Je suis mignon. Plus que cela, je suis joli. Plus je grandissais, plus on me prenait pour une vraie fille. Lorsque je me proclamais homme, on me riait au nez, on le fait toujours d’ailleurs. J’ai donc appris à vivre avec. Je ne vais pas vous cacher que tout ceci m’a poussé à considérer les garçons comme de potentiels petits-amis. Je ne les vois pas que comme des amis, mais ceci, je l’ai gardé pour moi, je ne voulais pas trop m’approcher, trop m’attacher, au risque que l’on découvre que je suis un garçon qui se travesti à cause de son apparence tout à fait féminine. Et si cela parvenait aux oreilles de mon paternel, je vous laisse imaginer la suite. Rien de bon n’en ressortirait. Mais à vrai dire, cela m’a fait défaut pour autre chose. J’étais naïf et innocent, je pensais pouvoir donner ma confiance à n’importe qui, on me le rendrait bien. J’avais tort. Et je l’ai bien compris, la leçon est apprise et retenue.

Au beau milieu de mon adolescence, aux alentours de mes quinze ans, j’avais un ami plus vieux que moi avec qui je traînais très souvent, pour ne pas dire toujours. Il rêvait de devenir photographe professionnel et j’étais son modèle favori. Il avait des douzaines de photo de moi, et plusieurs album-photo. Je posais pour lui avec grand plaisir, si mon physique pouvait servir à quelqu’un, alors j’étais ravi de l’aider. C’était un désir innocent. C’est vrai qu’il a parfois pris des photos un peu osées, mais on ne voyait jamais mes parties intimes dessus. J’étais heureux, cela me faisait autant plaisir qu’à lui, et cela ne me dérangeait donc pas tant que ça. Seulement ça n’a pas duré. Je le considérais comme mon meilleur ami, et il m’a trahi. Dans mon école, beaucoup de garçons étaient méchants avec moi, parce que j’étais trop mignon selon eux, trop stupide et niais, alors ils prenaient un malin plaisir à m’embêter. Un certain groupe de garçons de ce genre étaient assez craints là-bas, sûrement parce que le leader était le petit-fils du principal. Vous savez, le genre d’histoire habituelle dans les séries, celles qu’on est persuadé de ne jamais vivre un jour, sauf que ça m’est arrivé. Ils savaient que j’étais proche de ce garçon, Hugo, et je pense que de me voir dans un magazine les a agacés (Hugo avait gagné un concours de photographie avec une photo où j’étais son modèle). Ils sont allés le trouver, lui ont demandé s’il était vraiment ami avec moi, sans savoir que j’étais là, planqué derrière un mur.

Et il a nié en bloc. Il disait n’avoir rien à voir avec moi, que jamais il ne serait ami avec moi, que je lui faisais juste pitié, et je ne sais plus quoi d’autre. Des paroles blessantes. Lorsqu’ils lui ont demandé si ça le dérangeait s’ils « s’occupaient de moi », il a dit « Bien sûr que non. Je peux même vous dire où le trouver. » Je m’en souviens comme si c’était hier. Je n’avais pas conscience, à ce moment-là, des projets qu’ils avaient pour moi, pourtant j’ai fui, ou tout du moins j’ai tenté de le faire. Ils m’ont vite trouvé. Ils m’ont vite coincé. Ils m’ont vite eu. Et ils m’ont vite violé. Découvrant au passage que je suis un garçon, ce qui ne les a pas arrêté le moins du monde, ils trouvaient que ça rajoutait du piment. Ce genre de chose arrive tous les jours dans cette ville pourrie. Un viol de plus ou un de moins, ils s’en fichent. Mais les victimes, elles, ne s’en moquent pas du tout. Et je peux comprendre ce qu’elles ressentent à présent. Cette sensation de souillure qui les suit jour après jour, cette peur de comment les gens vont réagir s’ils le savaient, comment vont réagir la famille surtout. A vrai dire, je m’étais attendu à tout, sauf à la réaction de mon père. Qui aurait cru que, il se tiendrait à mon côté, ses mains autour de la mienne, à pleurer à chaudes larmes en jurant qu’il tuerait les enfoirés qui m’ont touché. Je n’ai hélas pas pu lui cacher, car je m’étais retrouvé à l’hôpital – parce que vous vous doutez bien que j’ai tenté de me débattre et qu’ils n’ont pas apprécié et qu’ils m’ont vite fait taire.

C’est là que j’ai pris conscience du monde dans lequel je vivais. Sans pour autant comprendre les humains qui évoluaient autour de moi. Je ne comprenais plus rien, j’étais totalement perdu. L’homme que j’ai craint toute ma vie pleure pour moi. Celui que je considérais comme mon plus cher ami m’a trahi parce qu’il avait peur. L’Homme est terriblement complexe. Durant tout mon séjour à l’hôpital, j’ai tenté de les comprendre. J’ai beaucoup réfléchi, tellement que j’en avais des migraines. Et j’en suis arrivé à la conclusion qu’il n’y avait rien à comprendre. L’Homme est naturellement stupide, égoïste, faible, avide de pouvoir et cupide. Ils ne savent que se trahir entre eux. Ils ont besoin de ces trahisons. Et la douleur qui va avec, ils en font quoi ? Dire qu’il y en a avec le cœur sur la main, qui ne te demande rien en retour d’un service, qui t’accepte comme tu es. Ces personnes, que sont-elles ? Sont-elles vraiment humaines ? J’en suis venu à me demander si ce n’était pas eux, les vrais humains. Je me suis perdu de vue. J’ai également perdu ma pétillante joie de vivre, mon sourire s’est effacé de mon visage, et ma voix est de moins en moins sortie de ma gorge, comme emprisonnée au fond de cette dernière. Et j’avais cet horrible sentiment, celui de s’être fait trahi, la honte d’avoir cru en quelque chose de toute évidence inexistant.

Je suis rentré chez moi, en me demandant si le comportement de mon père allait changer à partir de maintenant, et ce fut le cas. Il faisait attention à moi, il se préoccupait de mon bien-être. J’aurais dû être heureux. Je l’étais, mais je ne le ressentais à peine. Je me sentais … blasé. Parce que je ne comprenais plus rien, que je n’avais plus envie de comprendre, et que trop d’émotion tue l’émotion. J’avais l’impression d’avoir eu ma dose de fortes émotions pour toute une vie. Et mon géniteur remarqua bien vite que je n’avais plus goût à quoique ce soit. Alors un jour, il m’a demandé où est-ce que je voulais aller. J’avais déjà changé d’établissement après cet incident, alors je ne voyais pas ce qu’il sous-entendait. Alors il se répéta en ajoutant que je pouvais me rendre où je le désirais, même changer de pays si c’était ce que je voulais. Mes yeux se sont mis à briller. J’ai de suite répondu « à Hoshikami ». Pourquoi là-bas me demanderez-vous. La raison est simple, je n’ai pas chômé durant toutes ces années et j’ai cherché activement la trace de ma mère, et je la savais au Japon, ce qui ne m’étonnait guère étant donné que c’était son pays natal. Mon père a dû se dire que c’était pour connaitre mes origines, ou bien le savait-il aussi. Il a accepté. Il m’a simplement demandé de patienter un peu.

Nous y sommes allés l’année de mes dix-sept ans. Le temps qu’il trouve un moyen de se faire transférer là-bas, et que nous nous faisions à la langue. Enfin surtout lui, moi je la maîtrisais déjà puisque j’avais cette option dans mon ancien établissement. Je voulais me rapprocher le plus possible de ma mère. Je ne pensais pas que cela me serait aussi utile à présent. Bien sûr j’avais toujours mon accent américain, mes mauvaises manières et tout le reste, mais je réussirais à me faire à la vie au Japon. Je le devais. Je ne vous raconte pas la scène que j’ai faite lorsque j’ai entendu parler des étoiles. Ces êtres fascinants qui m’ont de suite intrigué. Je voulais les connaitre, je voulais les comprendre, et je les plaignais d’être ainsi liés aux humains. Quoiqu’il en soit, nous sommes arrivés à Hoshikami, la ville de l’Etoile Divine. Nous nous sommes rapidement installés, et c’était la première fois que je m’amusais en compagnie de mon père. Nous recommencions une vie à zéro. Ensemble. Et ça me faisait plaisir, à un point que je réussissais presque à faire abstraction de toutes les horreurs par lesquelles je suis passé, et ce qui a poussé ma mère à plier bagage. On prenait un nouveau départ, c’est tout ce qui comptait.

Hoshikami, humains, étoiles, Nix est arrivé !



Toi maintenant




Pseudo: ForeverAlone. Helden. Nix. KitKat. JESAISPASMOI.
Personnage de votre Avatar: Kazuki Fuuchouin - GetBackers
Vos passions: Moi. Moi. Et moi. ♥ (Mangas, drama, jeux vidéos, etc)
Améliorations que vous pouvez suggérer: Vous pouvez pas mettre une grande image de moi ? 8D /PAF/
Pedobear ou bisounours?: ...... MOI BIEN SÛR. Quelle question.


©Hoshikami.



Dernière édition par Nix Helden le Mer 25 Déc - 9:09, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar



MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Ven 13 Déc - 6:23

Welcommme ! =)
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar



MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Ven 13 Déc - 7:30

Bienvenue Eden ^^ j'espère que tu te plairas sur le forum
Revenir en haut Aller en bas
Humain.



avatar


Masculin Messages : 541
Hoshicoins : 946
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 19
Localisation : Bouh!
Humeur : Cavalière.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Human.
♣Age♣: Vingt-Huit ans.
♦Related to♦: Kyufaa Horishan.

MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Ven 13 Déc - 12:19

*fixe Ai* Eden? T'as déjà trouvé un surnom pour notre Held-chan, Aiai! *^*
Mais bon, perso' j'continuerais à l'appeler Helden ewe Parce que sérieux...Ce nom est juste qls:ef;d:c!ùsvd. Voilà.
Sinon, je te l'ai déjà souhaité mais, mais, ;w; Je te le redis parce que c'est jamais assez.
BIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEVEEEEEENUUUUUUUUUUUUUUE.
Amuse-toi bien parmi nous et bonne chance pour ta fiche!
Ton perso' sera juste méga epic je parie 8D Suffit de voir l'ava' quoi. XD J'ai vraaaiment cru que c'était une fille.
Ah et au fait! Tu me dois une blague carambar :3

_________________



Merci Aarooonchiii pour l'avatar.<3 Azy', on donne un coup de couleur sur ce thème. 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile.



avatar


Féminin Messages : 459
Hoshicoins : 828
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 18
Localisation : Hoshikami
Humeur : Follasse. o/

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 22
♦Related to♦: Azuka Inojawa

MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Ven 13 Déc - 18:50

Une fille ? Nan un mec. AH /SBAFF/
Sorry, mais, ton perso' est trop cute.
Bienvenuuue, je te l'ai déjà souhaité, mais je te le redis quand même. ♥
N'hésite pas à venir dans ma cave si tu veux e3e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar



MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Ven 13 Déc - 20:17

bienvenue
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar



MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Ven 13 Déc - 20:41

BIENVENUE DE LA PART DU BISOUNOURS TOUT ROSE QUI RADOTE.

Tu es une fi.. garçon? °° Haku. Au niveau de l'apparence il ressemble trop à Haku! (de Naruto.)

Je veux pas dire hein mais.. Tu ressembles trop à une.. Princesse. *^* /sbaff!/ .... /okjesors/

J'ai hâte de connaître le caractère de ton perso! *°*

THE Bisounours.
Revenir en haut Aller en bas
Étoile.



avatar


Féminin Messages : 33
Hoshicoins : 129
Date d'inscription : 16/11/2013
Age : 19
Localisation : Terrebonne QC

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Étoile
♣Age♣: 21 ans
♦Related to♦: Dawn A. Lynt’viir

MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Sam 14 Déc - 1:35

Bienvenue ^^ :33
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar



MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Sam 14 Déc - 2:59

Hey !

Merci Chocola, Aira.

Hotaka, déjà merci, puis.

Aocchi a écrit:
Ton perso' sera juste méga epic je parie 8D Suffit de voir l'ava' quoi. XD J'ai vraaaiment cru que c'était une fille.
C'est entièrement voulu. Après je sais pas s'il peut être vu comme étant "épic" mais bon, je l'aime déjà xD

Aocchi a écrit:
Ah et au fait! Tu me dois une blague carambar :3
Je pense que tu as eu ta dose sur la CB. :3

Merci Yuki.

Yuki a écrit:
Sorry, mais, ton perso' est trop cute.
Awh, merci. Je le trouve trop cute aussi. ♥
Yuki a écrit:
N'hésite pas à venir dans ma cave si tu veux e3e
Tout dépend ce qui m'y attend ~

Merci Luka.

Merci Kana.

Kana a écrit:
Tu es une fi.. garçon? °° Haku. Au niveau de l'apparence il ressemble trop à Haku! (de Naruto.)
Haku ? Je n'avais jamais fait le rapprochement, mais c'est vrai qu'il y a une ressemblance entre les deux ! x) Eh oui, je suis un garçon, aussi étonnant cela soit-il ~

Kana a écrit:
Je veux pas dire hein mais.. Tu ressembles trop à une.. Princesse. *^* /sbaff!/ .... /okjesors/
Une ... princesse ... Bon, j'accepte, mais c'est vraiment parce que c'est mon Kazuki d'amour quoi. ♥

Merci Hikari.


Ensuite ... Je souhaite beaucoup de courage à la personne qui devra me lire pour me valider. Car comme à mon habitude, j'ai pondu un bigpavédelamortquituetout. Sinon... Bonne lecture. ♥
Le caractère & physique devraient venir très prochainement !

Je vous aime déjà.
Helden. ♥
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar



MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Mer 25 Déc - 9:10

Ploup, désolé pour le double-post (je me ferais pardonner !), c'est pour prévenir que j'ai terminé ma fiche. ♥


Merry Christmas ~ ♫
Revenir en haut Aller en bas
Humain.



avatar


Masculin Messages : 541
Hoshicoins : 946
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 19
Localisation : Bouh!
Humeur : Cavalière.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Human.
♣Age♣: Vingt-Huit ans.
♦Related to♦: Kyufaa Horishan.

MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Mer 25 Déc - 22:51

PAAAAAAAARFAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIT. *meurt*
C'est trop mignon! Même si bon, l'histoire...Tu l'as un peu trop fait souffrir. Heureusement que le père se rattrape vers la fin. e.e (When it's late quoi) Bweeef, contrôlant mes envies de meurtres envers la mère et mon sadisme qui m'ordonne d'aller violer ce petit Nix tout de suite, je te valiiiide! Je vais même aller de ce pas faire ton lancer de dès e.e

ET OH GOD....Purée...XD Non en fait...Non.

L'étoile divine a écrit:
Le membre 'Hotaka Shichirou' a effectué l'action suivante : Game of Destiny

'♣Étoiles♣ ' :

Bonne souffrance l'ami. Que votre âme repose en paix. *voix super classe de bande annonce de film*
Et puis...Bon RP, et amuse-toi bien parmi nouuus ;w;

_________________



Merci Aarooonchiii pour l'avatar.<3 Azy', on donne un coup de couleur sur ce thème. 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar



MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠ Mer 25 Déc - 22:59

Merci, merci. ♥

Mignon.... Y'A RIEN DE MIGNON LA-DEDANS XD
Oh mais non, cède à la tentation ! 8D /SBAFF/

Well. J'dois m'enfuir là, c'est ça ? .... Tant pis, j'essaierais de survivre. :3.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠

Revenir en haut Aller en bas

Nix Helden ▬ A beautiful boy. ♠

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» beautiful dream
» Beautiful eyes, Beautiful lies... [Livre 1 - Terminé]
» you make beautiful dream. ~ mike

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hoshikami RPG. :: ♣ Premiers Pas ♣ :: Présentations :: ♣ Perdues ♣-