Sasha Merwen - Il est votre pire cauchemar ~

Un forum RPG où les étoiles vous protègent ! Venez vous amusez pour vivre plein d'aventures!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Sasha Merwen - Il est votre pire cauchemar ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Étoile.



avatar


Messages : 60
Hoshicoins : 404
Date d'inscription : 12/08/2014

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 26 ans
♦Related to♦: Lucian Drake

MessageSujet: Sasha Merwen - Il est votre pire cauchemar ~ Mar 12 Aoû - 11:38






♣️Ma carte d'identité♣️






Nom: Merwen
Prénom: Sasha
Age: 26 ans
Nationalité: Il est tombé à Hoshikami
Occupation: Professeur de sciences
Groupe:
Etoile
Pouvoir si étoile: Contrôle des rêves : Si jamais vous dormez alors qu'il est dans les parages, vous feriez mieux de vous méfier et de guetter si d'un seul coup votre rêve ne change pas soudainement de contexte ou qu'il ne vire tout simplement pas au cauchemar. Bien sur, contrôler ainsi quelqu'un en train de rêver sera bien évidemment limité à une seule personne à la fois. Et une deuxième contrainte vient s'y rajouter : il est obligé d'apparaître tel qu'il est actuellement. Autrement dit, il ne peut pas ne pas apparaître dans le rêve qu'il contrôle et ne peux pas modifier son apparence ce qui est donc une contrainte plutôt importante car les gens auront des chances de se rappeler de lui ou juste d'avoir une impression de « déjà-vu » en le croisant. Bien sûr, il peut parfois arriver qu'il ne contrôle pas tout à fait son pouvoir et que si vous dormez pas très loin de lui, il y a des chances pour qu'il n'arrive dans votre rêve sans le vouloir...Et qu'il ne contrôle pas tout à fait ce qu'il y fait est également possible puisque lui aussi est en train de rêver et quand nous rêvons, nous ne contrôlons pas vraiment nos actes.





♣️Informations♣️



Description du physique: Si son prénom peut évoquer celui d'une fille pour certain, son physique lui aura plutôt du mal à évoquer ne serait-ce qu'une seule touche de féminité, bien qu'il ne transpire pas la virilité à plein nez. Sasha n'est pas bien grand, pour un homme en tout cas, mesurant dans les alentours du mètre-soixante-dix , en sachant que ce chiffre rond n'est là que pour arrondir le tout et le grandir de un ou deux centimètres si ce n'est plus, l'on peut donc se dire très facilement qu'il est loin, voir très loin d'être imposant. Et c'est le cas, le professeur est doté d'une carrure très très fine et pourtant pas dénuée de musculature. Enfin, dans son cas, cette musculature ne donne en aucun cas lieu à une quelconque force ou puissance surhumaine, elle est juste là pour montrer qu'il entretient son corps et éviter d'avoir des choses assez désagréables à regarder sur lui comme un peu de peau toute lâche et qui pendouille à droite ou à gauche ou encore un peu de bedaine. Et ses traits du visage continuent parfaitement dans la lignée de la finesse, un fin menton, un petit nez, une bouche relativement fine elle aussi, rien ne semble vouloir véritablement durcir son visage à part peut-être ses yeux. Enfin, son œil pour être plus exact, car Sasha à été amputé d'un œil il y a déjà quelques années de cela et l'a donc recouvert d'un épais et imposant bandage qu'il ne retire quasiment jamais. Et le fait qu'il porte constamment ses bandages lui durcit énormément les traits, surtout si l'on mentionne également que son regard vert n'a rien de rassurant de son côté non plus, il vous épie, il vous observe, vous détaille dans vos moindre coins et recoins quitte à vous en glacer le sang. Des cheveux aussi noirs que le plumage d'un corbeau sont là également pour rendre le personnage plus sombre, des cheveux qui lui descendent dans la nuque et qui partent parfois un peu n'importe comment, des cheveux qu'il ne prends même plus la peine d'essayer de coiffer car il sait très bien que ceux-là ne se rangent jamais comme il le voudrait : ils se rebellent toujours peu importe la tonne de gel qu'il peut mettre dessus. Enfin, mis à part tout ça, cette chevelure est plutôt épaisse bien qu'assez lisse, il arrive parfois qu'ils ondulent très légèrement à cause de la longueur et qu'ils frisent à cause de la pluie...

Et, si vous croisez le professeur dans un couloir, dans la rue, vous sentirez une odeur de parfum pour homme assez agréable mélangée à une odeur de cigarette qui l'est un peu moins, bien que fort discrète grâce à la petite touche de parfum qu'il prends toujours soin de porter chaque matin, il lui arrive même d'en mettre sur son écharpe en hiver, adorant sentir chacune des fragrances de son petit flacon fort coûteux. Cependant, il ne lui arrive jamais d'en mettre sur ses autres vêtements, il se contente juste d'en mettre sur lui ou sur son écharpe, jamais ailleurs. Il est un homme plutôt simple côté vestimentaire, simple mais classe, des pantalons aux couleurs unies et plutôt sombres, allant du gris au noir, accompagnés de hauts simples eux aussi, une chemise, un t-shirt, bien souvent habillés par une veste de costume en hiver il porte quelques fois des pulls mais il favorise bien souvent les chemises plutôt qu'un autre type de haut.

Il est doux
et très gentil aussi



Description du caractère:Il vous fait peur hein ? Avouez que vous vous attendez à un type psychopathe sur les bords qui fait des expériences à tout bout de champ et qui deviendra par la suite un criminel extrêmement recherché parce qu'il veut tout détruire sur son passage. Si c'est le cas, retirez-vous tout de suite cette idée de la tête, bien qu'un peu bizarre sur les bords, Sasha est un chic type, vraiment. Enfin, il est pas non plus le type super bienveillant qui sauve tout le monde de la misère et des malheurs de la vie, faudrait voir à pas trop en demander quand même.

Il est relativement sociable, enfin, il est devenu sociable mais n'est pas la personne la plus bavarde au monde pour autant, bien au contraire il est assez discret. Pas timide non, discret, peu bavard, il sait économiser sa salive mais n'est pas pour autant constamment en retrait. Il va parfois vers les gens, parfois oui, ce n'est pas automatique, il est pas le joyeux type du coin qui fait copain copain avec tout ce qui bouge. Il observe d'abord, il observe de fond en comble la personne, il regarde ses manies, ses tics, sa façon d'être, si elle est naturelle ou au contraire superficielle, il regarde tout et seulement après avoir "récolté" des informations il osera se lancer et aller parler mais ne deviendra pas un moulin à parole pour autant.

Au premier abord il vous apparait froid et pour être froid, il l'est. Il ne répond quasiment jamais de manière agréable la première fois que vous lui adresserez la parole et ne vous jettera pas un seul regard gentil ou agréable. Bien qu'il soit extrêmement poli dans ses paroles et courtois dans ses faits et gestes. Bon, il n'est peut-être pas le parfait gentleman qui en fait même un peu trop mais disons qu'ils n'est pas non plus malpoli. Bien qu'il se soucie très peu des autres enfin, il n'est pas au petit soin constamment mais si vous êtes à moitié mort devant lui, sa conscience lui dira tout de même de venir vous aider, même un minimum...Par contre, oubliez tout de suite l'espoir de voir en lui un confident ou une épaule sur qui pleurer. Dans le genre, je me fous pas mal des soucis des autres, il est devenu assez fort, même si il existe quelques exceptions à la règle.

C'est également une sorte de maniaque, il adore et veux absolument voir toutes ses affaires rangées et classées, par contre, il n'en est pas pareil pour le ménage, il aime que ça soit propre certes, mais n'est pas malade si il voit de la poussière. Il adore juste que les choses soient rangées à leur place et correctement. Si il voit quelque chose qui est mal rangé et qu'il ne peux pas remettre à sa place parce que ça ne lui appartient pas ou autre il va avoir une légère tendance à être...stressé à cause de ça même si il va se forcer à ne pas le montrer. Pourtant, ça aura tendance à se voir. Enfin, je veux dire quelqu'un qui est soudainement crispé, qui ne tient quasiment plus en place et qui jette des regards vers le même point à chaque fois ça sera quand même relativement...bizarre, non ?

Il a aussi un drôle de centre d'intérêt : vos rêves. Si il voit en vous une fragilité certaine, ne soyez pas étonné d'avoir quelque chose d'étrange se dérouler dans vos rêves ou encore de le voir y débarquer. Bon par contre, il y a de fortes chances pour qu'il rôde autour de chez vous au préalable ce qui fait qu'il risque d'être pris pour un stalkeur...Ce qu'il n'est pas vraiment, enfin, si, mais dans le seul et unique but de se rendre dans votre esprit endormi. Son objectif dans tout ça ? Observer à quel point les rêves peuvent influencer l'esprit humain et généralement, ce n'est pas forcément pour que vous fassiez de doux rêves qu'il s'occupe de votre cas.







♣️Mon histoire♣️





Septembre an xx07 – Rêves

Ils ne me comprennent pas, personne ne me comprends, j'ai peur de ce pouvoir bien plus qu'ils ne peuvent l'imaginer. Je n'ai jamais voulu ça, ça me fait peur aussi de ne plus avoir mes propres rêves de partager celui d'un autre, de le voir se détruire sous mes yeux par ma faute. Je n'ai jamais eu envie de ce pouvoir, j'en ai peur, leurs rêves deviennent des cauchemar, leur cauchemar mais aussi le mien, parce que je le vis, je suis présent dedans, je vois tout s'effondrer autour de moi et je ne peux rien y faire. Je n'arrive pas à avoir mon propre rêve il faut toujours que cela soit celui d'un autre. L'autre soir, j'ai lutté contre le sommeil, je ne voulais pas dormir parce que j'avais trop peur de voir encore quelque chose appartenant à un autre se détruire à cause de moi, je n'ai pas fermé l’œil de la nuit mais je sentais quand même leurs rêves, je me suis même concentré sur celui de Thomas, mon voisin de couchette. Et, sans m'en rendre compte je me suis retrouvé absorbé dans ce rêve, sauf que là, je savais ce que je faisais, c'était différent des autres fois : j'arrivais à contrôler chaque parcelle du rêve à ma guise. Si je voulais faire apparaître un papillon, un cheval ou encore même une créature légendaire, un dragon ou une créature qui n'existerait que dans ma tête je le pouvais, je n'avais qu'à y penser, une simple pensée et ça se matérialisait. J'étais encore plus libre que dans mon propre rêve, je m'étais accaparé le rêve de Thomas, définitivement. Mais c'était aussi ça qui me faisait peur car cela voulait dire qu'il m'était impossible d'être libre dans mon propre rêve, que je ne pouvais rêver sans avoir recours à un autre. Mes rêves dépendent des autres et ça m’effraie...ne pas être capable de rêver m'effraie.  

Décembre an xx10 – Peur

Les autres me craignent de plus en plus, Sophie, la demoiselle qui s'occupe toujours de nous est même venu me parler afin de savoir si je n'avais pas besoin d'aide, si je ne voulais pas parler. Elle aussi, elle aussi elle a peur de moi, elle n'ose même pas me regarder dans les yeux. Elle est comme les autres, elle a peur, elle a peur que je ne mange son rêve. C'est comme ça qu'ils m’appellent tous maintenant « Le mangeur de rêves » et quand des couples viennent pour nous voir, pour voir quel genre d'enfants ils voudraient, il n'est pas rare que l'un d'entre eux me pointe du doigt, racontant ouvertement à ce duo d'inconnus que je suis une étoile maudite, que je dévore toute la joie présente dans leur rêves. Et a chaque fois, les gens se tournent vers nos responsables qui ne savent pas quoi répondre, parce qu'elles pensent exactement la même chose qu'eux. C'est pour cela que je n'ai jamais pu trouvé de famille, eux, ils sont tous partis un par un, et moi, je suis toujours là. Je ne peux plus vous dire que je ne fais pas exprès, que je ne modifie pas leur rêve sans le vouloir parce que ce n'est plus le cas. J'ai appris à contrôler mon pouvoir, je le contrôle à la perfection quand je suis éveillé alors je l'utilise pour me venger. Parce que je sais qu'utiliser les rêves c'est efficace, très efficace, ils s'en souviennent et certains même manifestent des changements de comportement temporaires. Maintenant, ils peuvent me pointer du doigt en ayant une raison valable, parce que je le fais de mon propre chef, je ne dors quasiment plus, je m'installe dans le rêve des autres afin de les pourrir de l'intérieur...Peu importe qu'ils aient tous peur de moi, qu'ils m'évitent tous : c'est eux qui ont commencé, je ne fais que leur répondre.

Octobre an xx11 – Mépris

Même à l'école ils se mettent à avoir peur de moi, même ceux qui ne me connaisse pas me pointent du doigt parce qu'il y a des rumeurs qui se sont mises à circuler. Je ne leur réponds pas, je les laisse, je ne les écoute plus, je ne prends même plus la peine de les regarder. Il y a aussi ce petit malin et sa bande qui voulaient faire les marioles devant des copines, ils voulaient « s'amuser » avec moi. Je voulais les ignorer, j'aurais même du les ignorer, ne pas les regarder, passer mon chemin mais voilà, mes yeux ont croisés les siens, l'un d'entre eux n'a jamais pu voir quelque chose d'autre suite à cela. Un crayon, une mine de crayon est venu se planter dans mon œil gauche, j'ai hurlé, ils ont paniqué alors que je hurlais à la mort. J'avais mal, vraiment mal, tellement mal que je n'arrivais même plus à pleurer, je hurlais tellement fort que les surveillants se sont précipités, ils m'ont embarqué à l'infirmerie et ont appelé les médecins en urgence. On m'a pris en charge, on m'a même endormi, le temps que l'on prenne soin de mon œil blessé et, quand j'ai enfin pu rouvrir les yeux, quand j'ai voulu ouvrir les yeux, je n'était parvenu qu'à en ouvrir un seul. L'autre était recouvert d'épaisses couches de bandages et pansements, la douleur était toujours là, moins intense mais je la sentais quand même. Quand une infirmière s'était montrée pour changer mes bandages elle m'avait parlé gentiment, avec le  sourire le plus réconfortant au monde et s'occupait de mes soins avec la plus grande tendresse, m’expliquant alors en même temps que mon œil serait à jamais hors d'usage. Quelques heures après, je parvenais à entendre des voix dans les couloirs « Je ne m'excuserai pas au près de ce monstre ! » puis, la porte s'ouvrit. C'était « lui », celui qui m'avait planté le crayon, celui qui m'avait privé de son œil, je ne ressentais même pas de la haine au moment où j'ai aperçut son visage, non, je ne ressentais rien à l'instant même ou j'avais vu sa tête se pointer juste en face de la mienne. Je n'arrivais pas à ressentir quoi que ce soit à son égard, pour moi il n'était juste qu'une pauvre petite chose qui, par peur avait montrer les crocs et qui, maintenant atteint d'une peur encore plus grande cherchait à fuir. Il fuyait, pas même une seule seconde il n'a pas tenté de fuir mon regard, pas même une seule seconde il n'a osé regardé mon visage, je le sais parce que je ne cessais de le fixer. Endors-toi...endors-toi et tu regretteras ce que tu as fait  Ils ont tous peur de moi, tous sans exception. Pourtant, je ne comprends pas. Avant que je ne montre mes pouvoirs, tout le monde me parlait normalement, tout le monde me disait « Tu as de la chance de grandir à Hoshikami parce que ici, tout le monde connaît les étoiles, personne n'en a peur. »  Mais maintenant, je ne lis que la peur sur le visage de ce « tout le monde », je suis une étoile, j'ai grandi à Hoshikami au milieu d'humains et d'étoiles et pourtant, ils ont tous peur de moi...Je ne les comprends pas.

Mars an xx14 – Rapprochement

Quelqu'un, quelqu'un est venu me parler, ils étaient deux, ils me regardaient en face même si ils avaient peur, ils me faisaient face, ils me parlaient normalement, pas d'injures, pas d'insultes, rien. Deux étoiles, m'avaient-ils avoués, ils étaient deux étoiles, deux étoiles qui ne parvenaient pas à contrôler leur pouvoir correctement, qui faisaient constamment des gaffes à cause d'eux. On ne les pointait pas autant du doigt que moi, non, mais ils étaient eux aussi victimes de moqueries de temps à autre. «C'est vrai ? Je veux dire...que tu manges les rêves ?» Ils m'avaient posé cette question, oui, ils me l'avaient quand même posé mais bien après, bien après toutes les autres questions, bien après avoir fait connaissance, bien après avoir échangé quelques informations sur chacun, eux, ils avaient tous deux étaient recueillis par la même famille, une famille d'étoile aussi. Je leur avait alors expliquer mon pouvoir, du moins, ce que j'en savais :  que je ne mangeais pas mais que je contrôlais, que je m'accaparais des rêves, que j'avais la possibilité de les détruire comme des les renchérir. Alexandre et Alexia, les deux premières personnes à avoir fait l'effort de vouloir voir au dela de ce qu'on présentait de moi sont gentils, un peu naïfs mais drôles, oui drôles. Ils sont les seuls capables de me faire rire, sourire. Ils m'ont changé petit à petit mais, au fond de moi j'étais toujours aussi obsédé par les rêves. Je voulais en savoir plus, je voulais toujours savoir à quel point un rêve pouvait changé, pouvait influencé le comportement de quelqu'un à son réveil...


Août an xx16 – Perte

J'ai quitté l'Orphelinat, je me suis installé dans un petit studio pas loin du centre-ville, travaillant à mi-temps dans une supérette, je ne m'occupe que très rarement de la caisse mais plutôt du ménage et de la remise en rayon mais je m'en moque, ce n'est pas important : ça me permets de payer mon loyer et de vivre tout seul. J'ai une bourse qui m'aide aussi grandement alors, je peux même me permettre de passer un peu de bon temps avec Alexandre et sa sœur. On est devenus inséparables, depuis le collège, on ne s'est pas quittés, on s'est rapprochés même si l'on prenait des chemins bien différents. Alexandre lui, était plutôt du genre sportif à tel point qu'il voulait en faire son métier, Alexia elle c'était vraiment la littérature et moi, je m’intéressait aux sciences humaines. On pensait que malgré nos chemins si différents rien ne pourrait nous séparer, rien, à part peut-être « ça ». Vous savez, ce genre de choses que l'on craint souvent, que l'on voit souvent dans nos pire cauchemars : la Mort. C'était une chose que j'avais expérimenté en rêve, en rêve oui, je l'avais vu, je l'avais matérialisé sur les autres mais, quand on la voit arriver sur quelqu'un à qui l'ont tient et que c'est bien réel, on est jamais préparés, peu importe le nombre de fois où on a pu l'imaginer. Alexandre était là, planté en face de moi, les yeux rougis, la face décomposée «Alex...elle s'est...elle s'est faite...par un camion...j'ai rien pu faire....». Je ne réalisais pas, je ne voulais pas réaliser même si la dure vérité était là, même si je savais que c'était la vérité, je savais que je ne pourrais plus la revoir, qu'elle était partie, définitivement mais je refusais de l'admettre.  Les larmes ne montaient même pas, je n'arrivais pas à pleurer, je restais aussi planté devant mon ami sans savoir quoi faire ni quoi dire. Ce n'était pas un rêve, ni même un cauchemar, non, c'était la réalité, la dure réalité. Les jours ont passé, on s'est rendu au cimetière pour lui rendre un dernier hommage, pour la voir une dernière fois avant qu'elle ne soit enfermée à tout jamais dans son cercueil. Alexandre à sut l'encaisser, il y parvenait avec beaucoup de mal mais il réussissait, il avait encaissé le coup. On se voyait toujours autant, parfois même plus souvent et plus longtemps qu'habituellement, parce qu'il lui arrivait d'avoir besoin de parler. Et moi, je l'écoutais sans jamais lui parler et, quand il restait dormir chez moi de temps en temps ou que, à l'inverse j'allais chez lui, je ne dormais pas. Parce que j'avais peur de « dévorer ses rêves » au contraire, quand je sentais qu'il faisait un cauchemar, je venais de ma propre volonté pour effacer ce cauchemar pour le remplacer par quelque chose d'agréable. Et, le lendemain quand il se réveillait, il me regardait avec un large sourire aux lèvres « Quelqu'un est apparu dans mon rêve cette nuit. ».

Septembre an xx21 – Changement  

On se voit de moins en moins, tellement pris par nos études respectives que nous avions de moins en moins de temps à se consacrer l'un l'autre, on se parlait toujours par téléphone, on se voyait malgré tout au moins une fois toutes les deux semaines pour parler des dernières nouvelles, il me parlait même de ses nouveaux contacts, de sa dernière conquête en me demandant d'un sourire moqueur si pour moi la pêche était fructueuse. Et, contrairement à ce qu'il pensait, elle l'était, j'avais peut-être toujours ce côté froid, observateur toujours en retrait ou maniaque des rêves mais j'avais appris à m'ouvrir un peu plus aux relations sociales...A son plus grand étonnement, je lui avais même parler de devenir professeur, d'abord étonné, il s'était très vite montré ravi pour moi et il me taquinait même en me rappelant l'époque où j'étais renfermé, asocial et même effrayant. D'ailleurs, c'était toujours un peu le cas, j'étais toujours froid, je parlais toujours aussi peu de moi mais j'étais plus enclin aux discutions.  

Février an xx24

On est partis chacun de notre côté, définitivement, lui, il est loin maintenant, très loin, mais ce n'est pas grave puisqu'on se parle toujours. Il a même promis qu'il reviendrait au moins une fois tous les deux ou trois mois si il a les moyens et le temps...Car faire des allers et retours entre Hoshikami et l'Allemagne, ce n'est pas forcément très évident. J'approche à grand pas de mon futur job, je ne sais même pas si j'arriverais à tenir face à des adolescents ou autre mais c'est ce qu'il me faut pour assouvir ma soif de savoir, je le sais. Après tout, les plus grand changements se font dans ces années là...                             




 







♣️Toi maintenant♣️




Pseudo: Oh regardez ! Un Swagg de poule sauvage apparaît !
Personnage de votre Avatar: Takasugi Shinsuke de Gintama (JE SAIS QUE TU L'AIMES TATA, NIES PAS)
Vos passions: Faire chier les gens, surtout Tata en fait.
Améliorations que vous pouvez suggérer: :sartre:
Pedobear ou bisounours?: Pedonours





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain.



avatar


Masculin Messages : 541
Hoshicoins : 946
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 18
Localisation : Bouh!
Humeur : Cavalière.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Human.
♣Age♣: Vingt-Huit ans.
♦Related to♦: Kyufaa Horishan.

MessageSujet: Re: Sasha Merwen - Il est votre pire cauchemar ~ Mar 12 Aoû - 14:51

Non. Je ne te souhaiterais pas la bienvenue.
Non. Je ne te dirais pas que ta fiche est super badass que ça me donne envie de le câliner même si Sasha a Taka'-satan en avatar.

D'ailleurs, parlons-en un peu de "Sasha, professeur de sciences, petit de taille". HEIN. NON MAIS AZY. T'aurais pris le genderbending en pouvoir, je t'auraaaaaais tellement massacré. Déjà que là j'me contrôle parce que l'histoire m'a vraiment ému. VIENS PAR LA MON ENFANT. TATA VA TE CÂLINER. ;w;

Après, bon, à part le titre qui inspire pas trop trop CONFIANCE. Hein. Le caractère est plutôt sympa. Le début m'a particulièrement fait rire. Et les détails dans le physique, comme l'odeur du parfum ou des cigarettes, rend vraiment bien. C'est un détail mais mis en importance. J'aime bien.

BON BAH DU COUP. J'vais pas te tuer. (Oui oui, je compatis t'as vu.) Enfin, pour le moment. Suffit que l'émotion que j'ai après avoir lu ta fiche parte et je vais SERIEUSEMENT me ramener en tronçonneuse et te décapiter en deux pour ce que t'as fait salowpe. XD

MOOOOOOOON BEAAAAU. MON AAROOOOOON. ON VEUT ME RAPPELER TA MORT. MAIS. JE NE T'OUBLIERAIS JAMAIS♥


Sur ce.
VALIDATION TIME. 8D

_________________



Merci Aarooonchiii pour l'avatar.<3 Azy', on donne un coup de couleur sur ce thème. 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sasha Merwen - Il est votre pire cauchemar ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sasha Merwen - Il est votre pire cauchemar ~
» Ton pire cauchemar est de retour X (pv Cassie)
» Nicholas ➜ Je vais devenir ton pire cauchemar.
» Je suis ton pire cauchemar
» Tu es devenu mon pire cauchemar...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hoshikami RPG. :: ♣ Premiers Pas ♣ :: Présentations :: ♣ Validées ♣-