Nathanaël ♠ Kill me or get me out of the sun.

Un forum RPG où les étoiles vous protègent ! Venez vous amusez pour vivre plein d'aventures!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Nathanaël ♠ Kill me or get me out of the sun.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Anti-Étoile



avatar


Messages : 17
Hoshicoins : 115
Date d'inscription : 20/12/2014

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Étoile (Anti-étoile)
♣Age♣: 19 ans.
♦Related to♦: Neil Eucliff

MessageSujet: Nathanaël ♠ Kill me or get me out of the sun. Mar 23 Déc - 12:46



Nathanaël Aisaka

« I thought I was an atheist before I realized I'm a God. »

Nom: Aisaka
Prénom: Nathanaël
Age: 19 ans
Nationalité: Japonais.
Occupation: Il n’a aucun projet d’avenir et se contente de vivre comme il peut. Il accepte des petits boulots ici et là, et pas forcément les plus moralement acceptables.
Groupe: Étoile ( Anti-étoile )
Pouvoir si étoile: Contrôle des liquides : Nathanaël peut aussi bien contrôler les liquides pour les déplacer qu'en synthétiser.
* Il éprouve moins de difficulté si le liquide est simplement de l'eau.
* Plus la quantité à déplacer en même temps est grande, plus il s'épuise rapidement.
* S'il crée un liquide, il se déshydrate. Bien que son corps n'évacue pas autant d'eau que ce qu'il génère, il peut mettre gravement sa santé en danger s'il n'y prend pas garde.
* Le sang a beau être un liquide, il ne peut pas jouer avec comme il le souhaite. Il est capable par contre de stopper en partie des hémorragies, même internes par exemple, ce qui prouve que théoriquement, il pourrait s'améliorer et être utile à la société.


Caractère
Physique
Plutôt transparent, Nathanaël a tendance à mettre tout en œuvre pour éviter qu’on le remarque. Bien que sa voix ne porte pas très fort, il préfère rester silencieux et ne crie que lorsqu’on le surprend ou lorsqu’on le pousse réellement à bout. Il compense ce manque de conversation par sa gestuelle et l’expressivité de son visage. Néanmoins, il faudra bien le connaître avant de pouvoir lire en lui comme dans un livre ouvert. A première vue, Naël passe pour un individu prétentieux et distant. Il a la sale habitude de regarder longuement de haut en bas les personnes qu’il rencontre à peine sans laisser filtrer le moindre indice sur le jugement qu’il en fait. Il range en effet tout le monde dans différentes catégories.

Il hait les humains mais se comporte de façon très neutre envers eux. Nath ne se montre violent que s’il se sent en danger ou s’il en reçoit l’ordre, sinon il se contente de râler la plupart du temps puisque leur présence le contrarie. Même s’il donne l’impression de baisser sa garde et d’apprécier la compagnie d’un humain, il reste en réalité toujours méfiant, attendant qu’il tombe le masque et dévoile son visage véritable. Pour lui les humains sont effectivement tous d’excellents comédiens aux mauvaises intentions et les seuls qu’il côtoie sans les piquer constamment avec ses réflexions désagréables, ce sont les antis. Il considère que ces humains-là sont dignes de confiance puisqu'ils poursuivent un but commun. Pour les autres, il faudra la gagner durement et supporter son attitude, car même s’il vous appréciera et que tout montrera que c’est le cas, il fera preuve d’une mauvaise foi extrême.

Naël est instable. Il est lunatique à un point que l’on pourrait confondre  cela avec des troubles bipolaires. Il alterne en effet des phases où il a un comportement neutre, certaines où il est euphorique et d’autres où, plus courantes que les phases joyeuses, il déprime grandement, au point d’être inerte replié sur lui-même, tenter de se couper le bras voire de se suicider. Il est devenu paranoïaque et a développé plusieurs phobies. Il est persuadé qu'il ne peut se permettre aucun faux pas, que tout le monde peut comploter dans son dos et révéler où il se trouve. Il lui arrive également de délirer, notamment sur le fait qu'il est extraordinaire. Il a peur des espaces qui lui paraissent trop clos, des hôpitaux, des médecins, des bruits soudains, ... En bref, sous ses airs indifférents, Nath est une véritable poule mouillée.

Derrière ses airs froids, Nathanaël est un garçon adorable. Il réagit toujours un peu comme un gamin innocent malgré le style de vie qu’il mène et ce qu’il a pu vivre. En réalité, il ne sait juste pas ce qu’il veut et tout ce qu’il est repose sur ses propres contradictions et un conflit permanent : Il ne tient pas du tout à la vie mais ne veut pas mourir, il se comporte comme un dur alors qu’il a un cœur tout moelleux, il dit qu’il a passé l’âge des trucs d’enfants mais il est le premier à couiner devant une peluche trop mignonne, il considère ne pas avoir besoin d’aide mais est le premier à rêver du prince charmant, de son héros qui viendrait le tirer de là… Car oui, Naël a une préférence pour les hommes, même s’il ne se ferme pas aux autres possibilités. Il a d’ailleurs un peu de mal avec les demoiselles puisqu’il fait un blocage sur sa main gauche de femme et qu’il ne pense pas que l’une d’entre elle accepterait très bien qu’il s’apprête en fille pour sortir…

En définitive, Nathanaël est un gamin abîmé qui craint encore les monstres en-dessous de son lit. Il est illogique au point de ne même plus chercher à se comprendre et de se dire que personne ne perdra son temps à persévérer si lui a échoué là-dedans.

Du haut de ses 1m80, Nathanaël surprend par son physique. Son corps est particulièrement androgyne, sans muscles marqués et une corpulence à première vue plutôt fragile. En effet, il ne pèse qu’une soixantaine de kilos, lui donnant des allures de mannequin avec ses jambes longues et fines. Sa peau est pâle, sans défaut ou grain de beauté apparent. Cependant, Naël est sensible et a tendance à se faire très rapidement des bleus. Son visage possède des traits plutôt féminins, bien qu’il soit légèrement trop allongé que pour rendre l’illusion parfaite. C'est pour cela qu'il accorde une attention particulière à son maquillage lorsqu'il s'habille comme une fille pour sortir de jour. Même sa voix n'est pas spécialement typée masculine.

Sa chevelure est plutôt longue pour un jeune garçon, atteignant ses omoplates lorsqu’elle est mouillée ou lissée. De couleur blanche, on peut apercevoir des nuances gris clair la parcourant. Naturellement, elle est bouclée, mais le poids la fait apparaître comme désordonnée en permanence malgré le soin qu’il en prend. Ses yeux sont gris clair ponctués de quelques reflets verts que l’on peut apercevoir selon l’éclairage. Lorsqu’il utilise son pouvoir durant plusieurs minutes, ils passent au bleu et restent ainsi pendant plusieurs heures.

Naël choisit ses vêtements selon leur résistance au vu de la vie qu’il mène. Son style est plutôt commun : Un t-shirt, des chaussures basiques et un jean le plus souvent noir. Le seul incontournable pour lui qui casse sa banalité vestimentaire affligeante, c’est son affection pour les manteaux longs à capuche, et par long, cela signifie au niveau des genoux. Habituellement, vous le verrez avec un manteau vert foncé portant le chiffre 55 en rouge à l’arrière et des carrés de la même couleur sur l’épaule droite. Son t-shirt sera blanc, avec un signe abstrait rouge, et son bas un jean noir. Il y accroche des chaînes décoratives reliant l’avant à l’arrière de son pantalon. Ses chaussures sont majoritairement noires et sans lacets puisqu’il ne trouve pas cela pratique pour courir.  L’exception étant les convers, qu’il porte à l’occasion.  Si vous vous posez la question, il porte souvent des caleçons à carreaux gris clair et gris foncé.

Sa seule anomalie physique réside au niveau de sa main gauche. Celle-ci, la plupart du temps cachée sous un gant ou dans sa poche, possède une forme différente de l’autre, pourvue de doigts plus allongés. Si elle n’est pas cachée par ses hauts longues manches, une cicatrice est visible ainsi qu’une démarcation nette entre cette partie et le reste de l’avant-bras. Cette main, dont les ongles sont presque toujours vernis en rouge, semble avoir été cousue là à la place de l’ancienne. S’il ne porte pas de vêtements pouvant la cacher, il la recouvre d’un bandage.




Histoire


La lune. Elle dansait à la surface de l’étang et j’essayais de l’attraper avec mes mains. J’entendais ces personnes qui m’entouraient rire joyeusement en me voyant me débattre maladroitement jusqu’à en pleurer. Celle d’entre eux qui m’avait appris le mot « maman » à force de me répéter de l’appeler ainsi s’approcha et tenta de me consoler. Elle me serra dans ses bras et m’expliqua que je ne devais pas pleurer. Je devais être fort car je retournerais là-haut un jour, près de cet astre qui m’avait donné vie. En grandissant, j’ai compris que je n’avais rien d’assez exceptionnel que pour être son fils. Je ne suis qu’une étoile comme tant d’autres. Il est ridicule de penser que j’ai hérité de ses couleurs comme si elle était ma parente, et les cours de science m’ont poussé à réaliser que ce lien que je ressentais à sa vue était certainement dû à mon pouvoir de contrôle de l’eau. Oui, elle doit exercer un pouvoir sur moi puisqu’elle joue bien un rôle dans le phénomène des marées…

Lorsque je suis tombé, j’avais cinq ans. Je suis tombé dans ce même jardin, près de cet étang. Les murs étaient si hauts que je l’apercevais à peine dans le ciel et j’ai hurlé de toutes mes forces, si fort que l’eau s’est élevée dans l’air. J’ai à peine entendu la soudaine agitation autour de moi et on m’a emmené directement à l’intérieur. J’étais arrivé dans une communauté qui vivait presque entièrement repliée sur elle-même, une communauté qui ne pouvait contenir son excitation face à mon étonnante apparition. Mes parents m’appelèrent Nathanaël, puisque selon eux j’étais un « don de Dieu. » Je n’ai jamais cru en quelque chose d’aussi stupide qu’une religion, mais j’ai appris à détester ce nom et me féliciter ironiquement d’avoir fini dans les crocus de l’un des seuls regroupements chrétiens aussi extrêmes du Japon.

J’ignore si je sentais déjà que ma vie serait un enfer à l’époque. Mon « père », lors d’une discussion à propos de ma passion pour le piano m’avait révélé que je refusais de parler et que la musique était parvenue à me sortir du silence. Je souhaitais apparemment tant apprendre à jouer que j’avais fini par rattraper mon retard ailleurs rapidement. Vu à quel point j’ai toujours détesté étudier, je suppose surtout qu’ils fermaient la pièce avec le piano pour ne pas que j’y aille tant qu’ils n’étaient pas satisfaits. Je dois avouer que ça leur ressemble de faire ce genre de choses, sachant pertinemment que je rêvais de devenir pianiste. J’ai compris plus tard pourquoi ils grimaçaient à chaque fois que j’abordais le sujet.

Je n’ai pas été scolarisé. On me donnait des cours à la maison… probablement car dehors, personne ne savait que j’existais. On ne me laissait pas sortir car à l’extérieur, tout était apparemment dangereux et hostile. On a prétendu qu’on détestait les étoiles et que j’étais à l’abri avec eux, qu’ils me protégeaient. On m’isolait aussi des autres enfants. On leur racontait que ma santé était trop fragile et de mon côté on prétendait qu’ils n’étaient pas encore dignes de me rencontrer. Tout cela pour éviter que je me pose trop de questions, pour que je sois sagement enfermé dans une bulle. Au fil des ans, j’avais fini par reconsidérer le fait que j’étais peut-être une manifestation de la volonté divine. Je suis devenu aussi hautain que mon père, qui lui regardait de haut tout le monde puisqu’il était un chirurgien reconnu, un génie disait-il. Il clamait haut et fort qu’il changerait le monde grâce à ses recherches mais il avait toujours refusé de me raconter ce qu’il faisait dans son laboratoire. Je lâchais toujours un soupir et j’abandonnais l’affaire, changeant de discussion puisque j’étais résigné : Il ne comptait pas me l’avouer, tant pis.

J’étais consentant. Ignorer ce qu’il pouvait se passer en bas m’a satisfait jusqu’à mes quinze ans. Je me sentais à l’étroit, seul dans ces mêmes pièces depuis tant d’années et quitter ces murs protecteurs me paraissait impossible… Alors je suis descendu et j’ai ouvert la porte. J’ai alors compris que j’aurais mieux fait de ne pas m’approcher de cette boîte de Pandore. J’ai tenté de sortir, terrorisé, mais j’ai été rattrapé avant d’y parvenir. On m’a alors emprisonné dans une pièce où j’ai attendu jusqu’à ce que mon « père » vienne… Je veux oublier la douleur, la trahison. Le goût de mes larmes qui se glissaient à l’intérieur de ma bouche alors que j’hurlais. Non… Je ne pouvais pas qualifier ça d’inceste puisque nous étions des étrangers. J’ai simplement compris que les humains se contentaient de faire semblant d’être de notre côté pour mieux nous utiliser.

Ma vie a basculé. Je suis resté un peu plus d’une année entière là. Je repensais à cette fille que j’avais entrevue de l’autre côté. Il m’avait dit qu’elle était comme moi, une étoile. Au fil de ma captivité, il m’avait avoué ce qu’il se tramait là en réalité. Il avait créé une sorte de secte dont les adeptes finançaient ses recherches sur les étoiles et pour laquelle j’avais fait office de visage. Sous cette couverture putride, il cherchait à comprendre s’il existait une différence biologique entre les humains et nous, et si oui, s’il y avait moyen de transplanter ce qui nous rendait si particuliers. Son but était de créer des humains à pouvoir, pouvant si possible se débarrasser de leur étoile sans en mourir. Une sorte de race supérieure. Cependant, il ne m’abîmait pas. Il me préservait de tout et s’occupait de moi sur ses temps libres. Il peignait mes cheveux et m’écoutait jouer sur un clavier de fortune. Jouer était la seule chose qui m’empêchait de devenir fou d’ailleurs.

Et un jour, je me suis dit qu’au final, il me suffisait de me lever et passer cette porte. Il ne m’attachait pas après tout et personne ne viendrait me chercher puisque l’on prétendait qu’on me gardait là à cause de ma santé fragile. J’ai réussi à rejoindre la route et j’ai crié pour qu’une voiture s’arrête. Je suis monté à l’intérieur et j’ai savouré quelques instants l’illusion de la liberté. J’ai alors senti une seringue se planter dans mon cou et ma vision se troubler alors que le véhicule faisait demi-tour. J’ai réalisé qu’on me ramenait là et j’ai sombré dans l’inconscience. Quand je suis revenu à moi, j’ai remarqué que des liens m’empêchaient de repartir… mais rien à mon bras gauche. J’ai donc tourné le visage pour regarder mon poignet. J’ai hurlé en la voyant.

« Nath chéri… Tu ne m’as pas laissé d’autres choix… Maintenant, ton stupide rêve ne t’éloignera plus jamais de moi. »

Je la fixais. Cette main de femme, cette main qui n’était pas à moi. Je la regardais se plier avec peine, rigide et d’une peau encore plus pâle que la mienne. Mon corps tremblait et plus aucun son ne parvenait à s’échapper de mes lèvres. Où était ma main ? Est-ce qu’elle se trouvait sur quelqu’un d’autre ? Est-ce que chaque mouvement des doigts serait toujours si douloureux ? Comment étais-je capable de la bouger ? Combien de personnes avait-il dû mettre en pièce pour savoir faire ça ? Les questions se bousculaient, les unes après les autres. Le temps m’est apparu étrangement moins long en leur compagnie.

Forcément, ce mois décembre-là, le groupe fêta la naissance du Christ. J’ai profité de l’importance de ce jour pour eux, de leur distraction et du vacarme évident. J’ai réussi à défaire mes liens en usant et de mon pouvoir et de cette main capricieuse. Jamais deux sans trois… mais bien que je doute de la véracité de ce dicton, la troisième fois fut la bonne. J’ai évité les routes et j’ai marché longtemps dans les bois, m’arrêtant dans des villes et villages pour effectuer quelques petits larcins, juste de quoi me maintenir en vie et continuer ma route. Je ne me dirigeais pas spécialement vers Hoshikami, je voulais juste m’éloigner le plus possible pour qu’ils ne me retrouvent pas. Quand je suis arrivé, j’ai failli éclater de rire en voyant ce nom. Je trouvais que le destin était plutôt doué pour se montrer ironique. Je cherchais de quoi me nourrir quand j’ai été pris de vertiges. Je me suis réveillé dans un endroit qu’on appelait le Sunny Side. Je n’avais pas à me plaindre de l’endroit, ces gens semblaient se soucier de moi et de mon regard vide. Ils essayaient de savoir mon nom, mon âge, si je voulais voir un psychologue, un spécialiste, ce genre de chose quoi… mais j’ai gardé le silence. Je me suis contenté de m’en aller, moins d’une semaine plus tard. Je préférais vivre dans la rue que côtoyer des humains et risquer que quelqu’un tente de contacter ma famille.

En deux ans, je me suis adapté à ma nouvelle vie de vagabond. Chaque soir je dors ailleurs bien que j’aie un appart où stocker mes affaires. Je dors chez un inconnu rencontré autour d’un verre ou dehors dans un coin que j’estime sûr puisque être régulier est synonyme de danger pour un garçon tel que moi. Je n’ai pas de travail fixe mais je me débrouille pour me procurer de quoi me satisfaire. Pour moi qui aie toujours vécu enfermé, je peux presque me vanter d’être heureux de ne pas avoir la moindre attache. Et chaque jour je joue un rôle, me faisant passer pour une fille. Oh… Je suis certainement paranoïaque, je m’en doute, mais je me sens rassuré à l’idée que la communauté ne me penserait pas capable de ça… Puis avec cette main, je préfère qu’aucune fille ne m’aborde parce que je lui plais. Les rumeurs de la rue m’ont également amené à finalement rejoindre le groupe des antis. Je hais les humains bien que je ne prône pas leur destruction. Les tuer, bah je m'en ficherais bien s’ils n’étaient pas attachés à une étoile ! Du coup, tout ce que je désire, c’est qu’on m’autorise à retourner là-haut, d’où je viens, et les laisser dans leur merde ici sur Terre. Même si je joue les faux-culs adorables avec eux, je sais bien qu’au fond ce ne sont que des ingrats qui nous regardent d’un air jaloux… alors que nous sommes là pour les aider ! Le ciel espère-t-il encore que je protège cet humain auquel je serais lié ?
div>


Toi, derrière ton écran
Pseudo: Suisen, alias Julian ~
Personnage de votre Avatar: Komaeda Nagito.
Vos passions: Dédier ma vie à l'adoration de Nagito Komaeda, accessoirement j'ai toujours les mêmes depuis le début du mois en fait :P
Améliorations que vous pouvez suggérer: Le forum est tellement nul que je fais un DC bizarre, vous voyez ! //sors// Mais je crois qu'il y a un pitit problème dans le code des fiches, Ô grande divinité du shipping.
Pedobear ou bisounours?: Naël est plus un pedobear ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-ghoul.forumactif.org/
Étoile.



avatar


Féminin Messages : 26
Hoshicoins : 229
Date d'inscription : 06/12/2014
Localisation : Au pays des caribous

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Étoile
♣Age♣: 21 ans
♦Related to♦: Enola Jansen

MessageSujet: Re: Nathanaël ♠ Kill me or get me out of the sun. Mar 23 Déc - 13:33

Re-bienvenue

et joyeux Naël :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Messages : 85
Hoshicoins : 318
Date d'inscription : 30/04/2014

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain
♣Age♣: 31 ans
♦Related to♦: Nathanael Aisaka

MessageSujet: Re: Nathanaël ♠ Kill me or get me out of the sun. Mar 23 Déc - 19:07

Purée je te l'ai déjà dit sur la CB mais j'aime ton personnage à un point ;w; Il est tellement...raaah je sais même pas comment le décrire, il est merveilleux quoi ♥

Bref, j'adore tout, je vais pas te faire un roman résumant à quel point je suis amoureuse du personnage mais là ♥ *court partout*

Bref, je blablates pas plus je te valide et te souhaite bon RP ♥

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain.



avatar


Messages : 523
Hoshicoins : 1478
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 19

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain
♣Age♣: 18 Ans
♦Related to♦:

MessageSujet: Re: Nathanaël ♠ Kill me or get me out of the sun. Jeu 25 Déc - 22:59

Bienvenue parmi nous ! ♥

Ton personnage a été ajouté à la liste des étoiles non liées, et tu seras lié dès que nous aurons un stock d'humains libres ! (stock d'humains lolilol ça fait un peu horrifique de dire ça comme ça)
Ton pouvoir ainsi que ton avatar sont déjà recensés, je ne peux donc que te souhaiter un bon jeu sur Hoshikami !

Tu peux créer un journal de relations à ton personnage, faire une demande d'habitat ou de RP, pour trouver un partenaire ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nathanaël ♠ Kill me or get me out of the sun.

Revenir en haut Aller en bas

Nathanaël ♠ Kill me or get me out of the sun.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Born to kill all lives...
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» Who is Josh Groban? Kill yourself!
» Dream or ... Dream? [Privé Nathanaël & Cirius]
» Kill points

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hoshikami RPG. :: ♣ Premiers Pas ♣ :: Présentations :: ♣ Validées ♣-