♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan

Un forum RPG où les étoiles vous protègent ! Venez vous amusez pour vivre plein d'aventures!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Étoile.



avatar


Messages : 37
Hoshicoins : 196
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : Meow.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 22 ans
♦Related to♦: Gia Kazan

MessageSujet: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Mer 31 Déc - 18:02

Ce trajet avait semblé durer une éternité.

Julian ne trouvait pas Gia ennuyeux, il s’agissait davantage du contraire d’ailleurs. Non, le blond était simplement pressé. Il se posait tant de questions au sujet de l’endroit où sa rencontre fortuite vivait. Quel milieu ? Quel style d’appartement ? Comment l’endroit était-il décoré ? Est-ce que le frigo était rempli ? Il aurait voulu des réponses, mais encore plus un coin où poser cette caisse qui lui paraissait de plus en plus lourde au fil du temps. Le froid et la fatigue commençait peu à peu à se faire ressentir.


♦ Tu ne m’ennuies pas tu sais. Ce ne sont pas tes histoires que je n’aime pas… Ce sont tes larmes… Je me sens toujours mal quand je fais pleurer quelqu’un…

Il se sentait responsable de la situation. S’il n’avait pas parlé de ce souvenir stupide Gia n’aurait jamais pleuré. Il décida donc d’essayer de ne pas le brusquer : S’il emménageait réellement là, il aurait tout le temps d’en apprendre davantage sur lui, de parler de son passé sans que ce ne soit trop douloureux. Il finirait par lui dire toutes ces petites choses à son sujet tout naturellement. Le confiseur étoufferait sa curiosité et patienterait tout le temps qu’il faudrait même s’il n’avait jamais été très doué dans le domaine. Lorsqu’il quitta ses rêveries, ils se trouvaient en bas de l’immeuble. Il profita de l’occasion pour lui ébouriffer doucement les cheveux pour le taquiner, très amicalement avec un sourire comparable à celui d’un grand frère. Il tenait la caisse en équilibre très instable d’une main durant ce bref instant.

♦ Tu es mignon aussi. Tu es sûr… que ça ne te pose aucun problème ? S’il y a le moindre souci, je pourrais retourner dormir à la confiserie, d’accord ?

L’escrimeur n’accordait pas la moindre attention à ses compliments, d’une part car il pensait qu’il s’agissait là de petites plaisanteries entre amis, et d’autres car il était plutôt occupé à repérer les lieux pour être certain de retrouver son chemin à l’avenir. Il avait certes une journée de congé, mais une fois le lundi venu il faudrait bien qu’il retourne travailler. Il le suivit, toujours aussi attentif en découvrant son nouvel environnement. Une fois entré, il déposa le carton là où Gia le lui avait indiqué et semblait regarder autour de lui d’un air plutôt absent. Il se comportait comme un animal, un chat, qui restait immobile avant de prendre peu à peu courage et oser quelques pas. Timidement, il avança donc dans l’appartement, accompagnant tout d’abord son colocataire afin de voir quelle pièce était la salle de bain, profitant qu’il ne se soit pas encore rué sous la douche. Il valait mieux qu’il ne débarque pas dans la pièce alors que Gia était à poil : Ce n’était pas le genre de première impression qu’il voulait donner.

Il continua ensuite son exploration par la cuisine, recherchant le thé. Il fut agréablement surpris de trouver du darjeeling et resta un bref moment occupé à respirer à pleins poumons cette odeur familière. La qualité n’était certes pas la même que celui auquel sa mère l’avait habitué pour le Tea Time, mais la température de l’eau et le temps d’infusion devait être plus ou moins identique. Alors il se contenta de préparer le thé normalement tout en affichant un sourire rayonnant, heureux de pouvoir à nouveau le faire pour quelqu’un d’autre que lui. Il laissa chauffer l’eau jusqu’à ce qu’elle soit assez chaude, mis les tasses au micro-ondes pour les préchauffer un peu, puis laissa tout à infuser le temps de découvrir un peu plus le salon et la chambre.

Il s’étonna de la collection d’armes que possédait le faux borgne. Voir une telle accumulation sur un petit espace rendait la chose un peu effrayante. Au fond, ce n’était pas tellement le fait d’être en présence de ces armes qui le dérangeait, mais de savoir que Gia était à peine plus jeune que lui et les manipulait probablement sans avoir reçu un entrainement réel et avec une seule main. Il imaginait que les erreurs des débutants tel que sous-estimer l’effet de recul en tirant avec certaines d’entre elles avait certainement dû lui rendre la tâche particulièrement ardue.


Il alla récupérer le thé pour poser le tout sur la table basse, entendant que l’eau de la douche ne semblait plus s’écouler dans la salle de bain. Il s’installa dans le canapé, encore un peu intimidé et tendu, jouant avec ses doigts nerveusement. Il éprouvait quelques difficultés à tout à fait réaliser qu’il habiterait ici désormais. Julian sauta sur l’occasion du retour de l'humain pour tenter de se détendre davantage. Étrangement, il acceptait mieux cette idée en le voyant dans la pièce, comme s’il se rappelait d’un seul coup qu’il se trouvait dans l’appartement du manchot et non au domicile d’un sinistre inconnu.

♦ Encore merci… Je vais prendre le canapé cette nuit d’accord ? J’irais me chercher un matelas demain… Si ça tient toujours hein. Ah…et je n’ai pas trouvé de thé pour le soir, j’espère que ça ne te dérange pas. C’est peut-être moi qui ait mal cherché désolé… Je n'ai pas osé trop fouiller. Tu… aimes le thé anglais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Mer 31 Déc - 20:03



Il m'avait ébouriffé les cheveux avec un grand sourire, me demandant si ça ne me dérangeait pas qu'il reste ici quelques temps. Je passais rapidement ma main sur ma tête pour me recoiffer grossièrement. En réalité j'étais comme envoûté par ce visage si heureux, ça me faisait chaud au cœur de le voir comme ça.

« Non, vraiment, ça ne me dérange pas, sinon je ne t'aurais pas proposé... Baka. »

Je l'enlaçais doucement pour lui faire un bref câlin avant de le lâcher à nouveau, pensant que je le dérangeais sûrement, puis je me dirigeais vers l'entrée de l'immeuble.
Home, sweet home ! C'était la première chose qui m'était venue à l'esprit quand j'avais ouvert la porte de mon appartement. Bien évidemment, Julian m'avait accompagné... enfin, lui et sa caisse, plus précisément. Je lui montrais rapidement un endroit, situé entre une commode et un lampadaire, pour qu'il puisse la lâcher et se reposer un peu par la même occasion.

« Tu peux tout déposer ici, et... comme prévu... je vais me doucher un coup... tu peux visiter en attendant mais SURTOUT, ne touche pas à ma collection d'armes dans la chambre. »

Non, vraiment, cette collection était sacrée pour moi, la moindre main qui oserait toucher ne serait-ce que le TMP, que je n'utilise pourtant jamais, se verrait amputée.
L'intérieur de mon appartement n'était pas grand, mais pas très petit non-plus. C'était plutôt une taille moyenne, avec des murs blancs et un parquet lisse, quasiment pas de décoration si ce n'est que quelques copies de tableaux qui ajoutent une pointe de gaieté dans ce lieu qui s'arrête de vivre une fois que le loir dort. Les meubles étaient de style rustiques, seul l'écran plasma posé en face du canapé dans le salon ainsi que la table basse en verre située entre les deux donnaient un air de modernité.

Pendant que je me douchais, je commençais à me poser des questions ; avais-je raison de lui faire confiance ? Me cachait-il quelque chose ? Et si, par le plus grand des hasards, c'était une... étoile ? Au fond, avoir un type comme lui comme étoile ne me déplaisait pas vraiment... on serait unis jusqu'à notre mort et je me disais que si l'un de nous venait à mourir, l'autre ne pourrait pas aller voir ailleurs pour se trouver une nouvelle âme sœur.
Je restais une bonne demie-heure sous la douche avant d'en sortir. En quelques quarts d'heure, je me séchait, m'habillait et me coiffait, puis, une fois présentable, je sortais de la salle de bains.

A peine étais-je sorti que l'odeur du thé me sautait au visage, ça faisait longtemps que je n'en avait pas bu, mais j'avais vraiment hâte de goûter ce que mon colocataire m'avait préparé. Sans attendre, je m'étais assit sur le canapé, aux côtés de Julian, avant de lui faire une petite tape amicale dans le dos.

« Nerveux ? T'en fais pas, tu peux rester ici autant que tu veux tant que tu fais pas de bêtises. »

Je lâchais un petit rire, amusé de le voir se comporter ainsi alors qu'il y a à peine une heure, il était si détendu, à l'extérieur. Mon regard se posait sur les tasses de thé qu'il avait préparées. Du thé anglais ? Je connaissais juste de nom, mais je n'avais jamais eu l'occasion d'y goûter.
D'un geste lent, j'attrapais la tasse et la portait à mes lèvres pour boire une gorgée du breuvage. L'arôme du thé... n'était pas très différent que celui que je faisais. Peut-être que depuis le début, je buvais du thé anglais sans m'en rendre vraiment compte, après-tout ?

« Le goût est proche de ce que je fais habituellement... c'est délicieux... merci Juu-san... Sinon... parle-moi un peu de toi. Qu'est-ce que tu fais quand tu ne travailles pas par-exemple ? »

Je ne lui laissais même pas le temps de répondre que j'engloutissais le reste de la tasse que je reposais sur la table basse une fois vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile.



avatar


Messages : 37
Hoshicoins : 196
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : Meow.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 22 ans
♦Related to♦: Gia Kazan

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Jeu 1 Jan - 14:22

Le blond s'étonna du rire de son colocataire. Il éprouvait quelques difficultés à comprendre ce qu'il trouvait si drôle face à ce qui était pour lui une forme de détresse face à l'inconnu. Malgré ses airs d'imbécile et son caractère fort démonstratif, Julian ne jurait que par ses habitudes et son petit monde ne comptait pas tant d'imprévus que cela. Alors le résultat de cette soirée banale lui paraissait trop inattendu et son cerveau procédait mal à l'analyse des différentes informations qui se bousculaient dans sa tête... Trop d'un coup... Il en avait presque une impression de tournis... En fait non, il avait réellement la tête qui tournait légèrement.

♦ Merci à toi surtout. Oui. J’ai…besoin d’un temps d’adaptation avant de réaliser que je peux faire comme chez moi. Est-ce qu’il y a… une sorte de règlement entre colocataires ? Je ne sais pas trop comment ça se passe…

Julian repensait à l’impression que lui avait faite Gia lors de leur premier contact dans la rue. Il s’étonnait en constatant qu’il s’était fortement adouci… ou que le confiseur s’était vraiment fort trompé. Pourtant, son intuition s’avérait rarement fausse et il était persuadé d’avoir reçu plusieurs regards assassins. Son intérêt s’éveillait petit à petit et le poussait à se douter de quelque chose… mais il ne manquerait certainement pas de temps pour découvrir les réponses à ses questions maintenant qu’il logeait là. Le manchot venait de lui taper amicalement dans le dos… Cependant, il ne s’agissait pas de son comportement le plus étrange : Il l’avait enlacé en bas et Julian se sentait étrange depuis. Le blondinet n’était pas déboussolé que par les lieux mais il ne parvenait pas à mettre un mot sur cette émotion étrange. C’était quelque chose d’inconnu et pourtant, cela demeurait agréable.

♦ Oh tu sais… je n’ai jamais vraiment l’impression de travailler. Je ne quitterais pour rien au monde la confiserie, il n’existe pas de plus bel endroit sur terre, en tout cas à mes yeux.

Il n’était pas quelqu’un de secret ou de taiseux. Il n’appréciait simplement pas tellement se retrouver au centre de l’attention et évidemment, lors d’une discussion entre deux personnes, il y revenait très rapidement. Non, parler à quelqu’un qui lui paraissait aussi sympathique ne le dérangeait pas, il avait juste la sale habitude de monopoliser le temps de parole malgré lui. Lorsqu’il était lancé, personne ne pouvait l’arrêter et les réactions se partageaient entre l’exaspération et la joie. Ses airs charismatiques et son assurance lui permettaient d’obtenir l’indulgence de la seconde catégorie, qui était également la plus importante en termes de nombre.

♦ Mais je fais pas mal de sport pendant mon temps libre… Natation, basket, badminton notamment, pas mal d’autres trucs aussi. Un peu de compétitions… mais je suis ingérable et les autres sont trop sérieux, alors je ne m’amuse pas tant que ça. Euh… J’aime aussi dormir… et… encore plus les chats…

Il l’avait sûrement déjà deviné en voyant l’imprimé sur son t-shirt mais peut-être pas à ce point-là. Il aurait voulu lui parler de son pouvoir, de sa capacité à communiquer avec les félins comme aussi naturellement que lorsqu’il parlait à un humain mais il n’avait pas été convaincu. Gia avait préféré clore le sujet en donnant raison à l’Anglais et Julian en avait pris note. Il garderait donc son secret et attendrait qu’ils se connaissent mieux. S’ils finissaient par être inséparables, son colocataire serait obligé de reconnaître que les étoiles pouvaient elles aussi être de bonnes personnes. Ils finiraient par en rire et le faux borgne trouverait alors ses préjugés absolument ridicules. Oui, son plan ne pouvait que fonctionner. En attendant, il devait couvrir ses arrières au cas-où il serait surpris à discuter avec un chat ou s’il recevait sa visite à la boutique. Pour le coup, il se sentait chanceux d’avoir un pouvoir aussi inattendu, un pouvoir qui semblait presque normal. Même s’il craignait un peu sa réaction, il lui fallait être honnête et le lui révéler.

♦ J’adore les chats… J’ai toujours été le gars qu’on regarde de travers… parce que j’essaie de converser avec eux tellement je les aime…  Tu me trouves bizarre toi aussi…hein ? Il marqua une pause, affichant un sourire qui mêlait gêne et tristesse. Je n’ai pas tant de choses intéressantes à raconter sur moi… Et toi ? Qu’est-ce que tu aimes faire quand tu ne tires pas ? Tu ne sors pas souvent en journée ou en ville n'est-ce pas ? Je t'aurais déjà vu sinon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Ven 2 Jan - 12:21



Un règlement ? A vrai dire, il n-y avait aucune heure chez moi : pas d'heure pour se coucher, pas d'heure pour manger, pas d'heure pour se détendre... Tout fonctionnait selon ma volonté de faire et mon courage, ce qui voulait dire que je ne faisais quasiment rien chez moi, après-tout, j'étais le seul type au monde capable de faire un trou au plafond en passant le balais, mais ça, je ne pouvait qu'en blâmer ma maladresse légendaire.
Je secouais la tête et mon regard plongea dans ses iris violacés. Cette couleur m'attirait beaucoup pour une raison quelconque, je le fixais un court instant, comme envoûté par les yeux du jeune homme. Mon cœur se mettait à battre plus vite, plus fort, et je me demandais si mon interlocuteur pouvait l'entendre, ce que je n'espérais pas forcément :

« Un règlement ? C'est-à-dire... qui doit faire quoi ? A quelle heure chacun se couche, et cætera... ? Si c'est le cas, pas vraiment, quand je suis seul, tout fonctionne selon mes envies... c'est pourquoi l'appartement sent un peu le vieux et tout est un peu poussiéreux... je n'ai pas souvent envie de faire le ménage, je m'occupe plus souvent de me faire à manger ou de ranger la chambre. »

Ainsi donc, Julian faisait du sport quand il avait du temps libre. Pourquoi pas, tant qu'il n'en faisait pas dans l'appartement, ça ne me dérangeait pas  vraiment. Tant que tu ne touches pas à mon service à thé anglais... Et je me rappelais d'un coup de l'instant où il avait voulu me passer son T-shirt pour me tenir chaud, je n'avais eu que le temps d'entre-apercevoir ses abdominaux, mais j'avais pu constater qu'il était plutôt musclé et je me demandais si ce n'était pas ça qui m'attirait étrangement à lui.
La discussion sur les chats ne me plaisait guère. Après-tout, s'il pouvait parler avec les félins, tant mieux, un fou à l'appartement ne me dérangerait pas,  mais s'il essayait d'en introduire un ici... il le paierait de sa vie.

« Je vois. Je ne te trouve pas bizarre... mais ne t'avises pas de ramener le moindre chat ici, sinon je te le fais manger. J'en suis terriblement allergique, malheureusement, et en plus, ça détruit tout et c'est pas très... hygiénique. Ça se lave toujours avec la même langue. »

C'était vrai que je ne sortait pas beaucoup la journée, mais pour aller ou ? Et pourquoi ? De plus, j'attirerais sûrement l'attention de toutes les personnes à mes alentours avec mes handicaps... ou plutôt, MON handicap.

« Tu sais, si je ne sors pas, c'est pour ne pas attirer le regard des gens, je pense que tu sais pourquoi, non ? Il y a donc très peu de chance pour que tu me vois dans la rue en pleine journée... sauf pour aller faire des courses, mais c'est une autre histoire, ça. Pour te répondre, quand je ne tire pas... je dors. Ou je glande, ça dépend de mon humeur en fait. Mais pour moi, y a pas meilleur bruit que celui d'une arme enragée, tu ne trouves pas ? D'ailleurs, la plupart d'entre-elles m'ont été offertes par des amis, notamment le revolver auquel je tiens énormément. »

Je marquais une courte pause, un sourire plaisantin sur le visage.

« C'est comme si j'étais lié, non pas à une étoile, mais à ma propre arme à feu, c'est bizarre hein ? Mais je plaisante, bien-sûr. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile.



avatar


Messages : 37
Hoshicoins : 196
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : Meow.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 22 ans
♦Related to♦: Gia Kazan

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Sam 3 Jan - 13:24

♦ Oui… à peu près. C’était pour savoir s’il fallait se répartir les tâches, s’il y avait une heure spéciale dans la journée, que ce soit à propos de l’heure du coucher ou du dîner, je ne sais pas… Mais je préfère que ça se passe ainsi, la ponctualité, tout ce qui est planning et moi, c’est un peu « Je t’aime, moi non plus. »

Il grimaça, plutôt attristé d’apprendre qu’il était allergique aux chats. Il ne regrettait tout de même pas d’avoir accepté de vivre là, mais il se demandait comment il allait faire pour se lever à l’heure sans le chat qui lui mordillait le haut de la joue chaque matin. Il toucha rapidement le petit pansement qu’il portait à cet endroit. Julian avait l’air déçu comme un gamin qu’on aurait privé de dessert tout en semblant plutôt vexé de ses jugements hâtifs sur ses meilleurs amis. Parce que oui, pour lui cela correspondait à une critique faite sur son groupe de potes.

♦ Mais… c’est très propre un chat… puis c'est pas bien de manger les copains... protesta-t-il dans un murmure à peine audible, affichant une expression mignonne se rapprochant d’un enfant qui boude un peu mais qui n’ose pas contrarier un adulte pour éviter de se faire gronder.

Il s’était montré particulièrement attentif lorsque Gia avait décidé de lui expliquer la raison pour laquelle il ne sortait pas de jour. Le confiseur se contentait de la fixer, silencieux et plutôt attristé pour lui. Il regarda alors le vide de ce bras qu’il n’avait plus la chance d’avoir. Julian réalisait la méchanceté dont les humains pouvaient faire preuve, mais quelque chose l’amenait à se dire que là, s’en prendre à ce garçon là le révoltait encore davantage. Savoir que des individus se moquaient et s’attaquaient à ce jeune homme précis provoquait en lui un sentiment de colère, d’injustice particulier. Il aurait vraiment pu foutre une droite au premier qu’il repérait s’amusant à cela.

Mais il n’y avait que cet adorable bonhomme dans cet appartement. Il jouait les durs mais il lui renvoyait l’image d’un enfant que cette situation punissait. Il n’avait pas demandé à être ainsi, à perdre ses parents, et il préférait rester emmuré plutôt que de constamment devoir faire face à tous ces regards qui lui rappelaient qu’il était différent. Julian ne put s’empêcher de l’attraper, le tirant vers lui pour bloquer sa tête contre son torse et lui ébouriffer les cheveux. Bien sûr, il se montrait doux : Son but n’était pas de le blesser. Il voulait juste le réconforter, l’encourager. Il le lâcha finalement et se pencha légèrement en avant pour que son visage, ses yeux, se trouvent à la même hauteur que le sien. C’était ainsi que sa mère s’y prenait, mais le procédé était certainement plus calqué sur le langage corporel félin que le langage humain habituel… même si ça ne paraissait pas si étrange que cela.


♦ Gia-kun, dis-toi que s’ils te regardent bizarrement c’est parce que tu es bien plus beau gosse qu’eux ! Sérieusement, je trouve ça dommage que tu passes ton temps seul et enfermé plutôt que de vivre librement et faire tout ce que tu veux. Il y a tellement de choses que tu ne peux pas faire de nuit...

Il le fixa avec un faux air sérieux qui vacilla bien vite pour une expression bien puérile. Julian était vraiment resté un enfant dans sa tête.

♦ Tention, je vais te surnommer Raiponce pour finir.

Le blondinet lui tira la langue pour le narguer un peu. Même s’il n’avait pas l’air sérieux, il aurait été capable de finir par réellement l’appeler ainsi si Gia continuait à vivre enfermé comme cette princesse…qui partageait également sa couleur de cheveux.

♦ Et non… je n’aime pas vraiment les armes à feu. En gros… je m’en sers avec la dextérité d’un gars qui se brûlerait les mains en sortant un plat du four… Même si ça m’attire, j’ai plutôt peur de finir par me tirer une balle dans le pied alors que j’essayais de tirer en l’air. Enfin, ça je te l’ai déjà dit… Puis je n’aime pas trop ce bruit… c’est surprenant, bruyant et court… le genre de truc qui me fait faire un arrêt cardiaque…

Julian n’aimait pas tellement ce style de sons… Quand il ne s’y attendait pas, il sursautait, avait peur et finissait par se planquer sous ce qu’il trouvait comme un chat… mais ça, Gia risquait de ne pas y assister et c’était tant mieux. Sa fierté et sa virilité avaient tendance à s’en prendre un coup dans ces moments là. Il reprit soudainement son sérieux face à la plaisanterie de son colocataire qui, il fallait l’avouer, le laissait plutôt pensif et rêveur.

♦ Qu’est-ce que tu ferais… si tu rencontrais ton étoile d’ailleurs ? Tu as déjà pensé à comment elle pouvait être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Dim 4 Jan - 19:23



Je ne pouvais m'empêcher de rougir quand il m'avait prit dans ses bras. J'étais tellement surprit que je ne cherchais même pas à me débattre pour me libérer de son emprise. Même s'il m'avait encore décoiffé, je n'étais pas énervé, bien au contraire ; un léger sourire timide s'était affiché sur mon visage et j'aurais voulu que ce moment ne puisse jamais se terminer.
Ce compliment... était-il sérieux ? Je regardait rapidement ses yeux ; il n'avait pas l'air de plaisanter, mais au fond, se moquait-il de moi ? C'était arrivé si soudainement que j'avais presque du mal à le croire, allez savoir pourquoi.

« Beau gosse... ? Je suis pas un beau gosse... je suis loin de l'être... Mais merci quand même ! Et tu n'as pas intérêt à m'appeler Raiponce ! J'aime pas les princesses ! Je préfère largement le Gia-kun... »

Je n'avais même pas comprit pourquoi il m'appelait comme ça, peut-être à cause de ma couleur de cheveux... mais lui aussi était blond, alors quelle en était la raison ? Personnellement, je pensais qu'il voulait juste me taquiner, alors j'avais laissé tombé l'idée de lui demander pourquoi il me surnommait de cette façon.
Ma réaction si je rencontrais mon étoile ? Comment je l'imaginais ? C'étaient deux questions auxquelles il était difficile d-y répondre pour moi... je ne m'étais jamais demandé comment elle pouvait être et comment je réagirais... Je m'imaginais un de ces fameux athlètes bien musclés et virils qui accepterait dès le premier soir de se retrouver dans mon lit... oui bon, j'avais le droit de rêver, hein !

« Hum... peut-être que je la tuerais pour pouvoir rejoindre mes parents dans le ciel... je te l'ai dit, je n'aime pas les étoiles et l'idée d'être lié à l'une d'entre-elles me fout encore plus en rogne... sauf s'il s'agit d'un bel homme bien musclé... »

Un des avantages, c'est que quand on voulait se suicider, on était pas obligé de s'empoisonner pour mourir dans d'atroces souffrances... on pouvait juste commettre un crime et puis la mort nous tendait les bras. Je n'envisageais même pas la possibilité que Julian pouvait être mon étoile, à vrai dire, je nous imaginais assez mal être liés, pourquoi ? Ça je n'en savais rien, peut-être parce que ça aurait été trop beau pour être vrai ?

« Et toi ? Comment tu imagines ton étoile ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile.



avatar


Messages : 37
Hoshicoins : 196
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : Meow.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 22 ans
♦Related to♦: Gia Kazan

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Lun 5 Jan - 6:27

Julian remarqua très rapidement le petit manège de son colocataire. Son air gêné et les regards qu’il lançait ne trompaient pas… Non, le confiseur n’avait pas soudainement réalisé que le faux-borgne avait pu flasher sur lui. Cela aurait certainement été trop beau pour son ami. Il manquait encore et toujours de discernement concernant ces choses-là, ou quoi qu’il en soit, il en manquait lorsqu’il s’agissait de Gia. Il parvenait cependant à saisir des détails évidents, tels que le manque de conviction qu’il décelait dans sa voix et son attitude. Son compliment l’avait touché mais il recherchait une preuve à laquelle se raccrocher : Il semblait traquer la moindre étincelle dans ces iris violacés qui aurai pu lui prouver que l’étoile mentait. Cette constatation blessa le blondinet qui abandonna tout sourire. Il fronça à moitié les sourcils et ajouta tristement.

♦ Gia-kun. Il te manque peut-être un bras, tu te trouves peut-être petit et pas assez musclé, mais tu as vraiment un très beau visage et de magnifiques yeux. Alors cesse de faire comme si je disais ça juste pour te faire plaisir et que je n’étais pas sincère.

La suite n’arrangea pas vraiment le garçon. Il écarquilla les yeux, touché comme s’il se retenait de pleurnicher face aux propos durs du manchot. Il regrettait de ne pas avoir pu être à ses côtés plus tôt, avant qu’il n’en vienne à parler aussi durement. Gia paraissait avoir été un enfant adorable plus jeune… pas qu’il ne l’adorait pas… mais il avait perdu son innocence et c’était insoutenable. Parler de suicide si jeune et surtout à quelqu’un qu’il venait à peine de rencontrer…

♦ Tu ne devrais pas dire ce genre de choses. Si j’étais à leur place, je te punirais comme il se doit parce que tu as gâché la vie qu’ils t’ont donnée. Tu sais, j’y ai pensé à un moment aussi… mais si je rejoins ma mère comme ça… je pense que déjà je serais éternellement privé de dessert… et puis le reste je ne préfère pas me l’imaginer. Je me suis toujours demandé ce qu’il était arrivé aux gens qui l’avaient fichue en colère… J’ai déraciné les rosiers mais je n’ai jamais trouvé qui que ce soit en creusant le jardin…

Il esquissa un sourire, un sourire toujours affecté par les paroles de son jeune camarade. Il était gravement atteint pour vouloir tuer son étoile… soudainement son envie de mener son plan à bien et le faire changer d’avis avait l’air plutôt dangereux. Il ne savait pas trop s’il était prêt à risquer sa vie pour ça, même s’il entendait comme une voix dans sa tête qui le confortait dans cette voie.

♦ Mais… pourquoi ce serait différent s’il s’agissait d’un bel homme bien musclé ? Ils ont quoi de spécial ?

Non, il ne comprenait pas. Les avances de Gia ne s'étaient pas traduites comme telles dans son esprit et il restait comme persuadé bêtement de son hétérosexualité. Il hésita à hurler à la discrimination, mais il se dit qu'au moins il était un homme musclé... et que peut-être il aurait la vie sauve s'il venait à apprendre son statut d'étoile. Julian hésita lorsque le tireur lui renvoya la question. Oh, il était rassuré de voir qu’il le pensait tout ce qu’il y avait de plus humain. Il se frotta l’arrière de la tête en réfléchissant, songeant à la représentation qu’il se faisait de ce lien. Habituellement, il se contentait de visualiser le premier passant qu’il croisait en rue, quelqu’un de tout à fait banal et qui changeait à chaque fois mais ce coup-ci, il avala difficilement sa salive en envisageant qu’il était peut-être l’étoile de Gia… Et cette idée le frappa… le foudroya même comme une évidence.

♦ Hm… Je ne sais pas… J’essaie de lui donner une forme depuis tout petit… Je ne pense qu’elle soit très musclée, je crois juste que c’est quelqu’un de normal, quelqu’un de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Lun 5 Jan - 15:38



Sous sa façade de non-virilité, Julian cachait une personnalité plus autoritaire que moi, ce que je ne tardais pas à remarquer quand il avait insisté sur le fait que j'étais un beau gosse à ses yeux. Non, c'était faux, et même si je voulais vraiment l'être, il m'en aurait été impossible, mais c'était inutile de pousser plus loin dans le sujet. Je ne tenais pas à l'énerver pour qu'il prenne la porte de sa propre volonté, mais si ça venait à arriver, je le suivrais pour le retenir : pas question de laisser partir celui que j'aime aussi facilement.

Je m'étais juste contenté de détourner le regard vers la table, un peu gêné qu'il me parle comme ça alors que je voulais juste être certain qu'il ne se fichait pas de moi, il aurait très bien pu tenir ses propos rien que pour me faire plaisir sans qu'il ne les pensait forcément.

« Comme tu voudras... Juu-san... chacun son avis après-tout. »

L'entendre parler de ses parents me rendait nostalgique et me mettait les larmes aux yeux. Ça m'attristait de ne plus savoir à quoi ils ressemblaient, ce qu'ils faisaient dans la vie et autre chose comme ça. J'aurais tellement voulu le serrer dans mes bras une dernière fois avant de les laisser trouver le repos éternel...
Je baissais la tête pour empêcher Julian de voir mes larmes, que pourrait-il y faire de toutes façons si ce n'est que me faire un câlin pour me réconforter... mais ça ne m'apporterait pas grand chose, pour être franc.

« Au moins tu sais comment ils vont réagir, toi. Je voudrais tant que papa soit là... ou retourner dans le passé, rien que pour faire en sorte que tout cela ne soit jamais arrivé... »

Je séchais rapidement mes larmes à l'aide d'une de mes manches et reniflais un coup avant de regarder à nouveau mon interlocuteur. Avait-il remarqué que je pleurais ou l'ignorait-il tout simplement ? Je ne savais pas et je n'avais pas vraiment envie de le savoir. Je détestais que les gens, qu'ils soient mes amis ou non, me rassuraient pour que j'arrêtais de pleurer, ça faisait l'effet contraire, sur moi.

• • •

Bien que j'apprécie beaucoup les hommes, j'avais un faible pour les grands et les musclés, mais qui ne parviennent pourtant pas à montrer la moindre virilité, ce qui était, je supposais, le cas de Julian qui portait des vêtements avec des imprimés de... chat. Et ce n'était pas vraiment l'animal qui donnait un l'air le plus sérieux à celui qui le porte.

« Je trouve que les hommes musclés sont tellement cool et sexy, surtout quand ils ne veulent pas avoir l'air viril, rien de plus ! »

Tout de même, si j'avais su que Julian était une étoile, j'aurais très bien pu me passer de lui renvoyer sa question et plutôt lui demander s'il avait déjà trouvé son humain, même si j'étais loin de me douter que son humain se trouvait juste à ses côtés, en train justement de lui parler. Mais comment pouvais-je le savoir, de toutes manière ?
Tout ce que je souhaitais, c'était que ce que je ressentais pour lui soit réciproque et que je puisse enfin me retrouver seul dans ma chambre avec lui... évidemment, ça ne se résumait pas à une histoire d'un soir.

« Je vois... j'espère que tu rencontreras une bonne étoile... pas un monstre de pacotille qui n'est bon qu'à blesser les gens autour de lui... en espérant juste que ça ne soit pas mon frère, aussi, sinon là, je peux dire adieux à celui pour lequel je n'ai d'yeux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile.



avatar


Messages : 37
Hoshicoins : 196
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : Meow.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 22 ans
♦Related to♦: Gia Kazan

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Mar 6 Jan - 11:31

En le voyant pleurer à nouveau, le gros chat détourna le regard. Ses tentatives précédentes n'avaient pas eu l'air d'avoir fonctionné... Devait-il tout de même le serrer à nouveau dans ses bras et essuyer ses larmes ? Il se ravisa car Gia semblait ne pas en vouloir dans sa tête. Julian pensait qu'il se montrait bien trop tactile, bien trop câlin pour un humain... enfin une étoile mais un humanoïde tout de même.

♦ Dé…Désolé… Je ne savais pas comment dire que je comprenais ça. Je… Je vais faire plus attention à l’avenir.

La discussion repartait du bon pied, sans la moindre menace proférée envers les étoiles. L’air de rien, Julian avait l’art de réussir à se faire peur. Il aurait pu le laisser poliment en rue et rebrousser chemin vers la confiserie au moment où il l’avait appris… Au lieu de cela, il allait vivre dans le même espace qu’un garçon qui en voulait à sa propre existence… même s’il ignorait que Gia en voulait probablement bien différemment à sa vie.

Sans ses épées en main, le blond n’était pas le plus courageux des hommes alors il craignait déjà les matins à se réveiller en sursaut et sa paranoïa grandissante en ville ainsi qu’à la confiserie afin d’être certain qu’il ne le suive pas, qu’il ne vienne pas à l’apprendre. La colocation risquait de se révéler tendue pour lui puisqu’il ne tenait pas tant que cela à en subir les funestes conséquences. Il attrapa sa tasse de thé et la porta à ses lèvres, fermant doucement les yeux. Un sourire nostalgique était apparu et son visage s’était allumé, comme s’il rayonnait soudainement de bonheur. Julian était beau dans ces moments, ces moments où sa maturité émergeait s’exprimait plus librement tandis que son attitude de gamin se retrouvait enfermée dans un placard quelque part au fond de lui. Il porta une gorgée à ses lèvres, une gorgée qu’il avala avec difficulté en entendant ce que Gia venait de lui dire. Le bond que l’Anglais venait de faire suite à sa soudaine réalisation l’amena à renverser le contenu de la tasse sur son haut ainsi qu’en partie sur le sol.


♦ … Oh… Tu… Tu es…

Le déclic était rude, doublement rude, si pas triplement. Il fila en cuisine chercher de quoi éponger le résultat de cette maladresse. Il ne pouvait pas blâmer Gia, d’ailleurs il comprenait soudainement pourquoi son colocataire avait détourné la question lorsqu’il avait abordé le sujet des filles. Comment ne l’avait-il pas réalisé plus tôt ? Ce que tu peux être con mon vieux Juju… Il inspecta son t-shirt et son pantalon, constatant que par chance –ou malchance pour certains- il n’aurait pas à retirer le bas. Il ôta son haut pour le mettre à tremper dans l’évier afin que la tâche brune ne se fixe pas et revint dans la pièce après avoir essuyé son torse. Boh… Il était légèrement rouge puisque le liquide était chaud mais il avait l’habitude d’être gauche et de se brûler avec du thé. Il s’occupa de nettoyer le reste de la catastrophe.

♦ Haha… espérons que ton étoile soit donc un homme musclé qui n’est absolument pas viril.

Contrairement à ce que l’on pouvait penser, Julian ne se considérait ni musclé, ni dépourvu de virilité. Enfin… cette dernière en prenait un coup lorsqu’il portait sa tenue d’escrime, évidemment. Il se servit un nouveau verre et se rassit dans le fauteuil, fronçant les sourcils en fixant le verre comme s’il le défiait, le menaçait s’il avait en projet de se renverser à nouveau. Il regarda ensuite Gia, affichant un sourire maladroit et désolé plutôt mignon, il fallait l’avouer. Bien sûr, il aurait été impensable que Juju ait soudainement un éclair de génie et comprenne que le manchot faisait exprès d’insister sur le fait qu’il était son type d’homme.

♦ Ne te fais pas de soucis pour moi. Je suis plus fort que j’en ai l’air. Et excuse-moi… Je ne m’y attendais juste pas du tout, je n’ai rien du tout contre. Je pensais que tu parlais d’homme musclé parce que les étoiles sont censées protéger, pas parce que tu n’étais pas hétéro. Je suis vraiment heureux que tu le vives bien, je t'assure !

Oui, le confiseur pensait qu'il en parlait parce qu'il acceptait totalement sa sexualité et non pas qu'il était intéressé par lui. Le blondinet s'en fichait certainement un peu d'ailleurs. Lui, il attendait que l'amour n'arrive. Il attendait la bonne personne à aimer. Il attendait d'être frappé par ce sentiment dont il ignorait tout et dont il voulait tant sans se fixer la moindre barrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Mar 6 Jan - 22:12



« ... Tu as l’œil pour les détails... tu sais... mais... »

J'étais surprit de savoir qu'une personne aussi stupide que lui avait pu constater que je n'étais pas hétéro rien que parce que je trouvais les hommes musclés sexy. Par contre, il n'était pas fichu de comprendre ce que je ressentais réellement pour lui, une des bonnes raisons pour laquelle j'allais le surnommer ''Baka-san'', ce qui était d'ailleurs similaire à ''bac-à-sable'', mais outre ce détail, je trouvais que ça lui allait plutôt bien. Malgré tout... devais-je lui dire à quel point je l'aimais ou devais-je attendre ? Si je lui laissais le temps de voir à quel point j'avais flashé sur lui, je serais déjà dans ma tombe.

Je jouais nerveusement avec mes doigts. J'avais décidé de me lancer, mais par quoi commencer ? Et surtout, que pouvais-je lui dire ? Comment le formuler ? Trop de questions s'entre-choquaient dans ma tête et elles auraient pu me donner la migraine. Mon cœur s'emballait, j'étais très stressé et j'imaginais déjà sa réaction puérile : partir en courant et ne plus jamais revenir, mais qui ne tentais rien n'obtenais rien. J'avalais ma salive, ma voix s'était faite plus petite et plus douce, presque inaudible si quelqu'un d'autre parlait en même temps que moi. Mais nous n'étions que deux, ce qui me rassurait grandement ; je prenais alors une grande bouffée d'air et me lançais malgré le stresse :

« Juu-san, je... dois t'avouer quelque chose... De toutes les personnes que j'ai vues... Tu es la seule vers qui j'ai fait le premier pas... pour te rencontrer... tu es aussi la seule personne à laquelle j'ai proposé de vivre en colocation avec moi... parce que malgré notre rencontre désastreuse dans la rue... je t'ai apprécié dès l'instant où mon regard à rencontré le tiens. »

Je posais ma main sur la sienne, celle qui était la plus proche de moi, et le regardais dans les yeux, l'air plus que sérieux, même si, au fond, je craignais qu'il n'acceptais pas le fait que nous puissions vivre ensembles dans ces conditions.

« J'ai remarqué que tu n'étais pas heureux, tout seul... Et tu es si doux... si tendre avec moi... Tu comprends maintenant pourquoi je me comporte bizarrement ? Le simple fait de te regarder... me rend fou... j'ai même parfois l'impression que mon cœur va exploser tellement il bat fort... et ton comportement enfantin... tes gestes de tendresse... ça te rend encore plus mignon que tu ne l'es déjà... Certes, tu es plus âgé que moi... mais dans ma tête je me suis dit... ''oui, c'est lui''. »

Je marquais une courte pause, ma rapprochant un peu plus de lui. Il ne restait que quelques centimètres entre mon visage et le sien. J'avais une irrésistible envie de l'embrasser, mais je m'abstenais, ça lui déplairait sûrement de se faire embrasser de force par un homme qu'il connaissait à peine. J'avalais ma salive, visiblement gêné de lui parler ; pourquoi étais-ce si difficile ?

« Je t'aime Julian. Tu vaux plus que tout l'or du monde à mes yeux... »

Je baissais la tête. Avais-je vraiment avoué mes sentiments à Julian ou tout ceci n'était qu'un rêve ? J'avais à la fois voulu que ça ne se soit jamais produit, mais en même temps, ça me soulageait grandement de lui avoir tout dit... sans lui laisser le moindre instant de répit pour en placer une.
Soudainement, une crise de panique prenait possession de moi, et si ce que je ressentais pour lui n'était pas réciproque ? Si ce n'était qu'une cruelle illusion ? Sans pour autant cacher ma peur, je détournais le regard, je n'avais pas l'air sérieux au moment du ''discours'', mais je pensais réellement ce que je disais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile.



avatar


Messages : 37
Hoshicoins : 196
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : Meow.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 22 ans
♦Related to♦: Gia Kazan

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Ven 9 Jan - 10:06

♦ Gi…Gia-kun… He…Hey… On s’est rencontré… il y a deux heures… à peine… Tu es… marrant toi !

Julian releva la tête, essuyant presque une larme tant il riait. Lorsqu’il aperçut le visage de Gia, tout sembla s’éteindre. Cette joie stupide et cette naïveté de gamin l’avaient quitté pour laisser place à un garçon paniqué. Le blond avait peur d’avoir gâché le peu qu’ils avaient, d’avoir piétiné les sentiments de son ami sans même y avoir prêté la moindre attention. Tout semblait logique maintenant et il se traitait intérieurement de crétin. Si seulement tu avais côtoyé plus de personnes dans ta vie, tu aurais su que même entre amis, il était anormal de blaguer de façon aussi insistante.

♦ Tu… Tu es…sérieux ?

Sa voix tremblait autant que ses mains. Il ne savait d’ailleurs pas quoi en faire, essayant vainement de garder sa contenance et réagir comme il se devait de le faire. De quelle façon devait-il se comporter ? Il n’en avait qu’une vague idée, une idée floue qu’il avait conservée en croisant au détour d’un couloir la déclaration d’une jeune fille s’apprêtant à subir une violente désillusion. Lui qui s’était toujours trouvé du côté de ces dernières à pleurnicher sur ses sentiments, ne rassemblant même pas son courage afin d’avouer son amour, se serait bien enfui en courant. Il aurait fui car pour l’une des premières fois, il n’était pas amoureux.

♦ Je suis désolé… C’est bien trop rapide pour moi. Je… Je suis touché, ne crois pas que je n’en ai rien à faire mais on ne se connaît pas. Tu n’as qu’une image de moi, tu me connais même probablement moins que beaucoup de mes clients. C’est peut-être mon physique qui te fait cet effet-là, peut-être que dans une semaine tu me trouveras insupportable à vivre au quotidien, même en tant que colocataire.

Il n’était pas amoureux même si son cœur semblait prouver le contraire. Julian prit de grandes bouffées d’air, espérant qu’il parviendrait à se calmer et vider son esprit. S’il était son étoile… n’était-il pas normal qu’il se sente si proche de lui et veuille rester à ses côtés pour le protéger de tout ? Le blond considérait cette situation comme une injustice, persuadé que son existence même lui interdisait de se mettre avec lui : Tout ce qu’il ressentait était faussé. Il ne l’aimait que parce qu’il était son humain et il aurait été cruel qu’il accepte ses avances puisqu’au fond de lui, il réalisait à quel point il aurait manqué d’honnêteté en se montrant si égoïste. Si seulement Gia avait toléré les étoiles, il aurait pu lui avouer la plus importante, la plus cruelle des raisons qui l’amenaient à lui faire tant de mal. Bien que toutes les autres excuses qu’il lui donnait étaient réellement pensées et réfléchies elle aussi, il ne parvenait pas à écarter la possibilité qu’un jour peut-être, tout serait différent. Que le jour où le faux-borgne l’accepterait, il se jetterait dans ses bras en le traitant d’abruti, d’abruti pour ne jamais avoir capté ce qu’il était auparavant.

♦ Le temps que je tombe amoureux, si ça arrivait, tu pourrais avoir eu le temps de ne plus l’être, et d’un autre côté si je n’étais finalement pas amoureux de toi, je te ferais souffrir davantage en te laissant après t’avoir rendu heureux. Alors pardonne-moi mais je dois te dire non. Si tu préfères que je m’en aille, je comprendrais.

Le confiseur savait qu’il ne devait pas, il savait qu’il devait se retenir. Cependant, Julian n’y arrivait pas. Il ne pouvait s’arrêter de le fixer et imaginer la douleur qu’il ressentait, la souffrance du rejet lorsque l’être aimé cassait l’espoir d’un bonheur à deux. Il attrapa son colocataire et l’attira vers lui, calant la tête du faux-borgne contre son torse alors qu’il l’enlaçait. Il caressait lentement son dos, comme s’il tentait de calmer les pleurs d’un enfant alors qu’il s’empêchait lui-même d’éclater en sanglot.

♦ J’ai beau être triste tout seul, je préfère le rester et ne blesser personne, murmura-t-il doucement, déjà préparé à l'idée de rejoindre son matelas posée dans la réserve de sa confiserie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Ven 9 Jan - 21:55



Peu importe s'il ne m'aimait pas comme je l'aime pour le moment. J-y avait été un peu trop brusquement, sans,doutes, mais il avait toutes les caractéristiques du gars susceptible de me plaire, comment pouvais-je résister à l'envie de lui déclarer ma flamme, alors qu'il s'était, en plus de ça, mit torse-nu devant moi ? Ses paroles, elles seules, portaient le coup de grâce, j'avais bien l'impression que mon cœur allait me lâcher à ce moment, même si je me doutais bien que Julian allait refuser.

J'étais heureux de constater que même s'il savait que je l'aimais, ça ne creusait pas de fossé entre nous, et même si ça en créait un, je ne le laisserais pas s'en aller si facilement, je l'aurait séquestré s'il m'en obligeait. Soit, j'allais devoir me contenter d'attendre qu'il tombe amoureux de moi, si c'était vraiment ce qu'il souhaitait.

« T'en fais pas... je te comprend parfaitement. J'aurais réagit de la même façon à ta place ! »

Même si je ne le montrais pas, j'avais envie de pleurer, et à cet instant, c'était comme si Julian pouvait lire dans mes pensées ; il m'avait prit contre son torse, me caressant doucement le dos... j'avais la fâcheuse impression d'être dans les bras d'un père qui voulait rassurer son fils. Pouvais-je vraiment résister à l'envie de l'embrasser après ce geste si affectueux ?
Mon bras passait instinctivement autour de sa taille, comme pour l'inviter à continuer son câlin, c'était tellement bon, ce moment entre amis... Mais ça ne durait pas très longtemps. Je le repoussais doucement après avoir reprit conscience de la situation qui se déroulait :

« Comment veux-tu que je ne tombe pas amoureux de toi avec ce que tu fais aussi, baka ! »

J'avais prononcé ces mots d'un ton faussement boudeur, une lueur espiègle dans les yeux. J'avais juste envie de le taquiner un peu. Je touchais mon nez, encore douloureux après le violent coup de tête qu'il avait donné dedans en éternuant. Bizarrement, j'en avait presque oublié que j'avais mal.
Ça faisait à peine deux heures qu'on se connaissait et pourtant... j'avais l'impression d'être avec lui depuis des siècles, des millénaires, des milliards d'années. Le temps semblait passer si vite, mais est pourtant si lent ! Après-tout, tant-mieux, j'allais pouvoir passer plus de temps avec lui que quiconque dans cette ville, voir sur cette planète ou la galaxie entière.

« Ça me fait bizarre de me dire que maintenant, je vais vivre avec quelqu'un... moi qui avait l'habitude de vivre seul jusqu'à aujourd'hui... va falloir que je m-y habitue. Par contre... si je peux me permettre... »

Je lui ébouriffais les cheveux, faisant ainsi tomber plusieurs billes de polystyrène blanches qu'il avait encore. Je me demandais d'ailleurs ce que ça lui faisait ressentir, comme sensation... de la joie ? De la colère ? Je n'en avait aucune idée.

« Il t'en restait quelques-unes... tu es plus joli comme ça. Bref... si on parlait un peu d'autre chose ? Ça doit te rendre mal à l'aise de parler de mes sentiments depuis tout à l'heure... par exemple... comment sont tes rapports avec les clients de ta boutique ? Tu gères tout tout seul ? Parce que si c'est le cas, je ne peux que te trouver courageux... c'est rare de voir des gens travailler seuls dans une boutique. »

Bien sûr, je n'allait pas abandonner si facilement, je ne le laisserais jamais partir d'ici.
Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile.



avatar


Messages : 37
Hoshicoins : 196
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : Meow.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 22 ans
♦Related to♦: Gia Kazan

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Lun 12 Jan - 15:22

Julian se trouvait rassuré de ne pas être repoussé. N’était-ce pas le signe que Gia ne gardait pas de rancœur envers lui ? Il ferma les yeux, attendant que son cœur arrête de battre aussi rapidement. Qui resterait de marbre lorsque qu’un jeune homme vous fait une déclaration si touchante ? L’étoile se figea, se contractant à nouveau lorsqu’il sentit qu’il passait son bras autour de sa taille. Il le fixa, étonné mais n’osa pas bouger bien que cela le dérangeait énormément, surtout vis-à-vis de cette situation.

♦ Désolé… Je… Je ne savais pas trop quoi faire… Je ne recommencerais plus p...promis...

Il ne comprenait pas. Il ne comptait pas prolonger ce contact davantage, l’humain était le seul fautif à se faire du mal tout seul et pourtant… Julian baissa la tête. Il ne remarqua pas cette lueur espiègle, trop occupé à réfléchir, à être perturbé par son cher colocataire. Avait-il fait quoi que ce soit qui justifiait l’amour du manchot pour lui ? Il ressassait les événements, tentant vainement de trouver le moment précis qui expliquerait ces sentiments si soudains et il ne parvenait pourtant pas à saisir ce qu’il avait pu faire. Il s’inquiétait, se reprochant presque d’être coupable. Julian correspondait simplement aux critères de Gia mais ce dernier avait réussi à lui faire gober qu’il était responsable de la situation au lieu de le soulager en lui révélant qu’il s’agissait d’un coup de foudre banal. Dans la tête du confiseur, il pensait en réalité que le fait qu’il soit son étoile ait joué un rôle là-dedans et que le problème était son existence même.

♦ M…merci…

Il rougissait doucement, honteux. Il donnait presque l’impression de vouloir se cacher sous un coussin et que Gia l’oublie pour le reste de la soirée. Il ouvrit les mains pour récupérer quelques billes pendant qu’il les faisait tomber de ses cheveux dorés, jouant à les faire rouler sur sa paume droite afin de se focaliser sur autre chose. L’escrimeur ne savait pas comment affronter le regard du faux-borgne alors que cet œil ambré était absolument craquant. Néanmoins, malgré ses airs distraits, il écoutait attentivement son interlocuteur. Il fut d’ailleurs touché et vexé, à la fois heureux qu’il s’intéresse à lui et contrarié en se disant qu’il n’avait pas prêté attention à sa réponse de toute à l’heure.

♦  C’est parce que je suis joli que tu ne m’écoutes pas ? Je t’ai dit toute à l’heure que j’avais des employées mais je suis là tous les jours. Je m’occupe de tout.

Il avait gonflé ses joues, l’air faussement boudeur. Julian avait beau être réellement blessé en pensant qu’il avait certainement parlé dans le vide durant tout le trajet jusqu’à l’appartement, il ne voulait pas énerver Gia et se le mettre à dos. Du coup, il fallait bien qu’il s’exprime de manière déguisée, espérant qu’il puisse comprendre le message caché et le prendre correctement. À ses yeux, son camarade n’était pas vraiment le genre de mec à tolérer des remarques directes, plus de ceux qui prennent la mouche et répondent sur le ton de l’attaque.

♦ Et même si j’étais tout seul, ce n’est pas si difficile. Dès que j’ai su marcher, j’ai commencé à aider. C’est naturel et je pense que je serais déprimé sans le contact avec les gens. Les clients viennent prendre de mes nouvelles quand ils passent devant la boutique, les enfants font des caprices pour venir me voir, … J’ai l’impression de rendre les gens heureux et c’est très valorisant.

Il souriait simplement en y pensant. Dans sa tête, il pensait à plusieurs clients réguliers qu’il aimait beaucoup, à ces enfants qui venaient acheter des paquets de bonbons et qui sautaient de joie en pensant qu’ils allaient les partager avec leurs copains dans la cour de récréation… Le bonheur des autres ressemblait à un second salaire, presque plus appréciable que sa paie physique.

♦ Dis… je sais que tu n’as pas d’emploi mais… tu n’as pas un projet d’avenir ?

Un projet d’avenir autre que lui. Evidemment, Julian ne se doutait absolument pas que Gia aurait été prêt à l’enfermer pour rester à ses côtés. Il croyait d’ailleurs qu’il avait plutôt bien accepté son refus, qu’il était libre de partir lorsqu’il le souhaitait, de sortir avec quelqu’un d’autre sans que cela ne pose de soucis.  Il ne comptait pas se retenir de draguer les passantes et passants lorsque l’envie se faisait ressentir simplement parce que son nouvel ami lui avait déclaré sa flamme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Mer 14 Jan - 0:47



Si je l'avais écouté ? Sûrement, mais le fait qu'il était torse-nu devant moi m'avait perturbé et j'avais sans-doutes oublié la moitié de ce qu'il m'avait dit une demie-heure plus tôt, dans la rue. Quelle idée de renverser du thé bouillant sur son tee-shirt aussi...
Pourtant, la seule chose qui me perturbait dans ce qu'il avait dit était le fait qu'il travaillait avec des employés, je me fichait bien de savoir si c'était des hommes ou des femmes, je sentais déjà la jalousie qui gagnait du terrain dans mon esprit et je luttais intérieurement pour la repousser.

« Des employés... ? Je vois... Et... quelles sont tes horaires ? Histoire que je fasse en sorte de te lever à l'heure, le matin. »

En réalité, c'était pour aller le traquer pendant sa journée de travail afin de voir comment il se comportait avec ses employées, même si j'étais loin de me douter qu'en réalité, ce n'était que d'adorables boules de poils sur pattes auxquelles j'étais allergiques.
Malgré cela, j'avais pu constater que rendre ses clients heureux était comme un deuxième salaire et qu'il n'existait pas meilleure chose au monde. Après-tout, de quoi pouvait-on tirer plus de plaisir que le sourire des enfants et la confiance des adultes ?

« Oh ? Donc en quelques sortes, tu diriges ta boutique depuis tous petit, non ? Enfin je veux dire, tu t'engageais déjà à la prendre en mains quoi... Mais je suis d'accord avec toi, ça fait plaisir de rendre les gens heureux... même si moi je fais ça surtout pour servir mes propres intérêts... »

J'avais affiché un grand sourire radieux sur mon visage, mais la question de Julian me le faisait vite effacer ; un projet d'avenir ? Pour quoi faire ? Je me sentais bien dans ma vie actuelle, mais pour être franc, j'avais toujours voulu être un tireur d'élite, mais dans quel but ? Même si mon rêve s'accomplissait, il ne me servirait pas à grand chose, au final, c'était pour ça que j'avais abandonné ce projet depuis un bout de temps, déjà.

« Pas vraiment, non, franchement, je me vois mal travailler dans mon état, tu sais. Supporter le regarde des autres, qui se pose sur toi en permanence, c'est pas si facile que ça quand on y est pas habitué, encore pire si on est une personne timide ou qui stresse vite... »

C'était vrai, quoi, un tireur qui pouvait manier les armes à feu comme un pro malgré le fait qu'il était manchot, ça ne courait pas les rues, pour être honnête. Au fond, je n'espérais vraiment pas me trouver un travail, ça me mettrait beaucoup trop mal à l'aise, d'être entourés de gens qui, rien que parce que vous êtes différent ou que vous n'avez pas le même style qu'eux, vous fixent à longueur de journée comme une vulgaire bête de foire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile.



avatar


Messages : 37
Hoshicoins : 196
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : Meow.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 22 ans
♦Related to♦: Gia Kazan

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Jeu 15 Jan - 16:26

♦ Je ne suis pas... un enfant... je...je sais me lever tout seul...

Julian avait un peu sursauté, mal à l'aise et gêné. Le petit pansement qu'il avait sur la joue était l'oeuvre de Naora, le chat qui se chargeait de le réveiller chaque matin à la confiserie. Il frissonnait un peu à l'idée que le faux-borgne était capable de lire en lui sans que cela ne pose de réels problèmes... il tombait trop souvent dans le juste, surtout concernant ses habitudes de gamins. Il angoissait un peu en tentant d'imaginer la représentation que Gia se faisait de lui, intérieurement. Dans sa tête, il ne devait pas lui filer plus de six ans d'âge mental... D'ailleurs il en profita pour se débarrasser de son tas de billes pour les déposer sur la table basse, comme pour donner l'impression qu'il était un adulte.

♦ Bon... peut-être que je ne suis pas du matin... j'avoue. Je m'arrange pour être à 7h30 à la confiserie pour être là avant le début des cours des enfants.

L'escrimeur avait détourné le regard, frottant l'arrière de son crâne. Il avait l'expression adorable d'un enfant qui avouait à contre coeur qu'il avait menti et qui s'en voulait un peu. Il était fautif mais au moins ce n'était rien de grave, simplement une question de fierté, de dignité. Au passage il se recoiffa un peu puisque ses cheveux blonds ne ressemblaient plus à rien, malgré l'habitude qu'ils soient en bataille.

♦ Oui. J'ai commencé par remettre des bonbons dans les présentoirs en en mangeant les trois quarts. Je ne servais pas à grand chose puis j'ai pris mes responsabilités petit à petit et j'ai toujours aidé pendant mon temps libre et les vacances. Mais... au fond tu sais il n'y a pas de différences. Je crois qu'on rend tous les autres heureux par égoïsme au départ, parce que ça nous fait du bien.

Il ne se doutait évidemment pas que cette phrase lui était particulièrement destinée. D'ailleurs, il aurait certainement commencé à se poser des questions sur son colocataire s'il l'avait prise au premier degré et même s'il ne se serait pas enfui en courant, il aurait très certainement fini attristé parce qu'il l'aurait vécu comme la confirmation de cette intuition : Gia ne tolérait sa présence que grâce à son physique. Comment aurait-il pu le prendre bien, lui qui recherchait tant que quelqu'un l'accepte tel qu'il était ?

♦ Tu n'as pas de rêves ? Une passion dans laquelle tu aimerais te lancer ? Je ne parlais pas forcément de travail. Tu risques de t'ennuyer tout seul toute la journée... Tu as peut-être des talents que j'ignore encore donc peut-être que je me trompe mais... Au fond on a beau être colocataires, on va certainement passer notre temps à nous croiser.

Les habitudes de Gia ne risquaient pas de se trouver chamboulées comme il le prétendait au final au vu de son mode de vie. Quelque part, Julian regrettait ce constat mais il fallait le faire et l'accepter. Peut-être allaient-ils partager le repas du soir, passer l'un à côté de l'autre lorsque Gia partait le soir et que Julian allait se coucher ainsi que l'inverse, Gia qui viendrait le réveiller lorsque le blond devait partir au travail, mais ils ne passeraient pas tant de moments ensemble que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Mar 20 Jan - 22:14



En fin de compte, qu'il habite chez lui ou chez moi, ça ne changerait pas grand chose au fait qu'il travaille de jour et que moi je sors la nuit ; on ne se verrait pas souvent, ce qui était fort dommage d'ailleurs. Un rêve ? Une passion ? Pourquoi faire ? Je pensais lui avoir répondu en plus...

« … Tu te plains que je t'écoute pas, mais j'ai pas l'impression que tu m'écoutes, toi non-plus, tu sais. »

Quelle était l'utilité de reposer la question si il en connaissait déjà la réponse, sérieusement...

Évidemment, je ne lui avait pas répondu, je savais qu'il n'était pas assez stupide pour oublier si vite, surtout une passion hors du commun... je voyais rarement de personnes se balader en rue avec un flingue dans la poche, personnellement.
Je détournais le regard et fixait le mur un court instant avant de reprendre :

« Mais je t'en veux pas hein. Quand toi tu vas rentrer le soir, je serais sûrement déjà parti. Mais comme je reviens tôt le matin, je pourrais te réveiller à l'heure... sept heures, c'est ça ? »

J'étais attendri, au fond... savoir qu'il tenait sa boutique et rendait les enfants heureux depuis que lui-même est un gosse, ça devait être amusant à voir.

« Tu sais, personnellement, je suis surprit que quand tu étais encore un môme, tu avais déjà une idée du métier que tu voulais faire... moi, à vingt-et-un ans, je n'ai toujours aucune idée de ce que je veux faire... »

J'avais dit ça avec une lueur ironique dans les yeux et un grand sourire charmeur, c'était vraiment agréable de discuter avec quelqu'un qui vous écoute comme un grand frère... ou un père. Mais malgré tout, pouvais-je vraiment avoir confiance en lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile.



avatar


Messages : 37
Hoshicoins : 196
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : Meow.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 22 ans
♦Related to♦: Gia Kazan

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Jeu 22 Jan - 12:22

♦ Bien sûr que je t'écoute... j'ai compris que tu partais tirer la nuit mais c'est juste que...

Ses pupilles violacées se détournèrent, s'intéressant soudainement plus que fortement à la table basse. Comptait-il détailler avec précision ce meuble encore longtemps ? Lui-même l'ignorait, occupé à se battre avec le début des sentiments qu'il ressentait pour son récent colocataire. Julian ne voulait pas de cette impression d'être le seul qui n'aurait pas sa place auprès du faux-borgne alors qu'il vivait avec lui. Son esprit continuait de lui suggérer que Gia croisait certainement un tas de personnes, et qu'il ne ferait probablement pas tant partie de cette catégorie. Sa gorge se serrait doucement à l'idée de finir remplacé par un compagnon de vie qui correspondait davantage aux habitudes de vie du manchot.

Et le blond n'aimait pas ça. Cette idée le rendait misérable, plus que toute autre. Oh, il tentait de faire taire cette jalousie légère avant qu'elle ne s'aggrave, persuadé que de toute façon, ce serait comme à chaque fois : Il finirait par oublier ces sentiments. Même s'il était son étoile, Julian ne voyait pas pourquoi Gia serait spécialement l'homme de sa vie en dehors de cette histoire de lien. Il tombait amoureux sans arrêt après tout. Jamais il n'avait été le genre de mec à éprouver des sentiments forts qui l'attachaient à quelqu'un, mais il en éprouvait assez que pour aimer quelqu'un deux jours.

Il lâcha un soupir qu'il arrêta d'un coup, s'étant rendu compte qu'il n'avait toujours pas terminé sa phrase. L'escrimeur avait laissé ce mais inachevé et, en regardant du coin de l'oeil son adorable interlocuteur, il comprenait qu'il attendait très certainement la suite. Julian bouillonnait à l'intérieur, à la fois un peu possessif et terriblement intimidé rien qu'en envisageant de d'alléger un peu du poids de ce qu'il avait sur le coeur. Il se tourna d'un coup et attrapa le poignet de son colocataire avant de plonger dans ses yeux hétérochromes.


♦ Tu...Tu resteras de temps en temps hein ? On pourra faire des tas de choses ensemble le soir !

Il dégageait cette aura innocente, celle qui prouvait bien que lui-même ne s'était rendu compte de rien. Dans son esprit, il n'y avait aucun double sens, juste la déclaration de ce qu'il avait à cet instant sur le coeur... et puis le confiseur était bien loin d'être capable e penser à ce genre de pratiques tant il idéalisait l'amour et le voyait comme un sentiment plus que noble. Il se sentait moins lourd d'ailleurs, se surprenant à sourire, un peu gêné de s'être enflammé ainsi. Il frotta l'arrière de son crâne pour essayer de se rassurer lui-même.

♦ C'est pas juste que je te vois moins que mes clients... tu penses comme moi n'est-ce pas ? Et oui je me lève à 7h... et je ne vois rien de surprenant là-dedans. J'ai juste fait comme mon père. C'est même la solution de facilité je crois.

Il attrapa sa manche et commença à tirer dessus comme un gosse pour le taquiner, comme s'il le tentait de le faire craquer. Il ne pensait évidemment pas que Gia était probablement déjà tout à fait rallier à sa cause et se jetterait -dans les deux sens peut-être- sur l'occasion.

♦ Si c'est pas oui, je serais fâchéééé, je te préviiiiieeeeens, lâcha-t-il avec la force de persuasion d'un enfant de quatre ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Mar 3 Fév - 10:07



Un double-sens fatal. Dans mon esprit, je pensais à quelque chose de pas clair ; l'image d'un confiseur et d'un tireur manchot en train de se tortiller sur le canapé... ou sur le lit. Voir sous la douche. Beurk. Images répugnantes, sortez de mon esprit.
Mais vu la tronche innocent qu'avait le confiseur, je me disais que ses propos étaient loin de tout ce que je pouvais imaginer. Il voulait peut-être juste parler d'activités... comme les jeux de société, par-exemple.

« Aha... je sais pas... ça dépend quelles choses... »

Je ne pouvais pas m'empêcher de penser à cette vision malsaine que j'avais eue tantôt, bien que ça ne m'aurait pas déplu que Julian et moi en arrivons là dès le premier soir.

« Personnellement, je suis pas contre... après tout dépend à quel heure tu rentres. Moi je pars d'ici à vingt-deux heures minimum, et minuit maximum. Ça nous laisserait un peu de temps pour qu'on puisse mieux se connaître. »

Instinctivement, je pris une des mains de Julian dans la mienne et me penchais légèrement vers lui, mon visage se retrouvant désormais proche de celui de mon interlocuteur, mon corps collé au sien. J'avais cette furieuse envie de lui sauter dessus pour l'embrasser sans même lui demander la permission, mais je savais qu'il n'apprécierait pas tellement.

« Hum... dis-moi... est-ce que je peux... te... t'embrasser... ? »

La gaffe. J'étais parfaitement conscient que j-y allais trop vite... j'enchaînais les étapes trop rapidement, j'en brûlais, même.
Je secouais la tête. Pourquoi. Pourquoi lui avais-je demandé ça alors qu'il ne le ferait pas. Pourquoi je me sentais si attaché à lui et pas à quelqu'un d'autre. Pourquoi je lui avait proposé de vivre en colocation avec moi. Pourquoi la vie. Pourquoi la mort. Trop de questions, d'un coup. Ça m'énervait.

« Oublie ! C'est pas ce que je voulais dire ! Vraiment ! »

La teinte écarlate que mon visage avait prise en disait bien le contraire, d'ailleurs, et c'était à ce moment là que j'avais commencé à me sentir aussi bête que mes pieds, d'un coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile.



avatar


Messages : 37
Hoshicoins : 196
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : Meow.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Etoile
♣Age♣: 22 ans
♦Related to♦: Gia Kazan

MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan Jeu 5 Fév - 17:59

♦ Je ne saurais pas te dire, je ne te connais pas assez pour savoir ce que tu aimes. Mais bon, je finirais bien par le découvrir.

Le faux-borgne avait visiblement échoué. Malgré sa discrète tentative pour cacher ses pensées impures, l'étoile le remarqua et passa au rouge vif. Il le fixa quelques instants, étonné que Gia fasse partie de ces personnes bizarres  qui ont tendance à détourner tout ce qu'elles peuvent afin de leur donner une connotation sexuelle. De ce fait, il toussota pour se racler la gorge, à la fois mort de gêne et désireux de soulever que son cerveau lui donnait de mauvaises idées... qu'il avait bien reçues cependant. Il reprit sans trop se soucier de cela.

♦ Souvent je n'ai plus personne dès 17h, ce qui me permet de rentrer pour 18h... aujourd'hui c'était l'exception. Tu es du style à cuisiner ou tu préfèrerais que je ramène à manger sur le chemin du ret... ?

Julian n'eût pas le temps de terminer sa phrase, interpellé par Gia qui s'était soudainement décidé à prendre l'une de ses mains dans la sienne. Il ne pouvait pas nier que ce simple contact le chamboula à nouveau, au moins autant que plus tôt lorsqu'ils marchaient en rue. Il écarquilla les yeux, s'étonnant qu'il s'approche encore davantage, mais il ne le repoussa pas directement. Le blond était à la fois choqué et un peu agacé qu'il retente le coup alors qu'il venait à peine de lui dire qu'il refusait de sortir avec lui. Il se retint de soupirer de frustration. Il ne devait pas... pas si vite, pas alors qu'il était son étoile... selon lui, ce comportement n'avait rien de naturel et il ne devait pas en profiter.

Juste une pression. Un baiser volé qui se termina presque à la seconde où il avait débuté. Il se rendit compte après coup qu'il avait cédé, n'ayant même pas prêté attention à  la réaction du manchot. De toute façon même s'il l'avait fait, lui il mentait et il aurait été difficile de contester cette évidence. Pire encore, le confiseur était maintenant convaincu qu'il l'aurait probablement embrassé dans le cadre d'une simple blague. Un homme demeurait un homme et Gia avait dépassé les bornes, ce n'était pas sa faute ! Pourtant Julian ne savait plus où se mettre, ce qui était plutôt ennuyeux pour un homme de grande taille.

♦ ... V...voilà...

D'un geste rapide et précis, l'escrimeur se saisit de la couverture pour la mettre sur lui, se laissant tomber doucement sur le côté, tête posée sur un coussin placé sur l'accoudoir du canapé. Il n'ajouta rien, hésitant à lui dire qu'il était fatigué  et qu'il voulait dormir même si cela n'était qu'à moitié vrai. Il accorda d'ailleurs un grand soin à ne pas du tout regarder l'état de son interlocuteur. Il ne voulait ni de son expression de joie, ni de sa colère. Il ne voulait de rien en fait. Il n'attendait que le sommeil et l'apaisement.

Même si sa curiosité l'amena tout de même à jeter un bref coup d'oeil à son colocataire pour voir si tout allait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan

Revenir en haut Aller en bas

♠ Et si on parlait "affaires" ? | PV Gia Kazan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un Bernier nommé ministre des affaires étrangères
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Le chargé d’Affaires haïtien à la Jamaïque rappelé pour consultation
» Récupère ses affaires (après la prison) [PV NINON]
» Clôture du 1er Forum d'Affaires Québec-Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hoshikami RPG. :: ♣ La Ville & Ses Horizons ♣ :: Les habitats :: Appartements :: ♦ Gia Kazan & Julian Hannagan ♦-