J'ai demandé à la lune...

Un forum RPG où les étoiles vous protègent ! Venez vous amusez pour vivre plein d'aventures!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

J'ai demandé à la lune...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Humain.



avatar


Messages : 80
Hoshicoins : 261
Date d'inscription : 31/05/2014
Age : 22

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain.
♣Age♣: 19 ans.
♦Related to♦: Yuki Fuyumi.

MessageSujet: J'ai demandé à la lune... Mer 21 Jan - 2:17

Assis en tailleur, un coude contre sa jambe et sa tête calée dans la paume de sa main, Billy écrivait. Ce n'était certes ni l'heure ni l'endroit pour faire ses devoirs – il faisait déjà nuit ; seule la lune, pleine, l'éclairait réellement – mais ça lui était relativement égal. S'il s'était déplacé jusqu'ici, quoi qu'il en soit, ce n'était pas pour faire la fête ou au contraire rédiger une des nombreuses rédactions ou commentaires qu'il avait en stock pour la semaine suivante. N'en déplaise aux bouteilles qu'il trimbalait constamment sur lui et à la cigarette coincée entre ses dents. Le stylo crissait contre la feuille et traçait des signes inégaux, imparfaits, sur le blanc immaculé posé sur une de ses cuisses. Difficile d'écriture sur une surface comme celle-là ; d'autant plus qu'il n'était pas bien gros et que ladite surface était donc limitée. Les mots continuaient malgré tout de noircir la page, de plus en plus larges et mal écrits. On aurait pu croire que l'alcool y était pour quelque chose mais non, pour une fois, loin de là ; dégoûté par une récente gueule de bois qui l'avait forcé à rester au lit un bon moment, le jeune homme s'était promis de ne plus y toucher hormis cas d'urgence. Type soirée entre potes, pour se socialiser. Ce genre de choses. Ça n'avait peut-être des allures d'urgence que pour lui mais s'il ne se faisait pas plus d'amis rapidement, ça allait vite en devenir une pour le monde entier. Ne pas réussir à faire ce qu'il voulait l'énervait au plus haut point et en ce moment, c'était lier des amitiés réelles qui lui faisait défaut.
Des ennemis, il en avait quelques uns. Des potes vite fait, il en avait. Des copains d'en soir, aucun problème, ça se trouvait. Mais des amis, des confidents, des personnes sur qui compter ? Nada. Comme s'il avait la peste. Peut-être qu'au fond, c'était juste son habituel pessimisme qui lui jouait des tours – honnêtement, ça ne l'aurait pas étonné. Il était du genre à voir le verre à moitié vide, à prier sans espérer qu'on lui réponde, à baisser la tête et plier les jambes avant même d'avoir essayé de se battre. C'était embêtant. Vraiment.
Voilà pourquoi, en ce soir particulièrement froid, Billy se retrouvait à écrire une lettre pas franchement sympathique à l'égard de Dieu. N'importe lequel, tant qu'à faire ; pas plus religieux qu'un autre, ne croyant guère qu'en les étoiles et la lune, le garçon n'avait pas pris soin de mettre un destinataire précis. Il s'énervait contre la vie, l'existence, le hasard, le destin ; toutes ces données qui s'acharnaient à faire de sa vie un méli-mélo de trucs pourris à souhait.

D'un geste rageur, le jeune homme posa le dernier point et se redressa sur ses jambes tremblantes d'être restées trop longtemps courbées.  Son jean déchiré et sa veste noire, trop fine, ne le protégeaient pas des éléments ; tant pis. Un peu fatigué, baillant au vent, il fit glisser sa lettre anonyme dans la boîte aux lettres prévue à cet effet et repris tranquillement sa marche, sac sur l'épaule droite.

Arrivé dans les jardins du temple, pas franchement bien entretenus si on lui demandait son avis d'expert en la question – niveau désolation et manque d'amour, il s'y connaissait – le jeune américain nota la présence de quelqu'un d'autre ; un homme, à priori. Ou une femme sacrément bizarre. De dos, pas facile de faire la distinction avec justesse. Enfin, bref, sans doute un homme, avec des cheveux et des pieds et même un bras – l'autre il ne le voyait pas, mais jugea sans y penser qu'il devait juste l'avoir replié devant lui.
Parce qu'il était d'extrêmement bonne humeur, Billy s'arrêta en silence quelques mètres derrière lui ; tendit le bras et, imitant un pistolet, fit mine de lui tirer entre les omoplates.

« Bang, you're dead, lâcha-t-il avec son accent anglais évidemment impeccable. Un dernier vœu avant de monter au ciel ? »

Ahlalala. Ce qu'il était miséricordieux.


Dernière édition par Billy Burnley le Jeu 22 Jan - 1:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 18
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: J'ai demandé à la lune... Mer 21 Jan - 3:41



Quelle qu'en soit la raison de ma présence dans les jardins du Temple, ils sont trop vieux pour y faire quoi que ce soit. Il n'y a même pas âme qui vive pour tout dire, même si je crois que depuis mon arrivée dans ce lieu qui devrait être accueillant, je suis tout seul.
De toutes manières, ça m'aurait étonné de voir quelqu'un traîner ici en pleine nuit, au moins, je suis sûr de pouvoir rester tranquille bien que je ne puisse pas vraiment m'entraîner, ce soir, il aurait fallu que j'aille dans la forêt, pour ça, histoire d'avoir moins de chance de rencontrer un casse-pieds ambulant.

Seule la lune m'éclairait, mais je me forçais à ne pas lever la tête pour ne pas les voir, pour éviter qu'elles ne me rappellent cette nuit, alors pour penser à autre chose, je marchat, sans but précis, regardant ce qu'il se passe autour de moi.

Même si ça n'en avait pas l'air, j'étais plutôt surprit de voir le grand bâtiment en pierres apparaître devant moi au fur et à mesures que je marchais.Je m'arrêtais à quelques mètres. Dans le noir, on ne le voyait pas très bien, et puis même, ça m'avancerait à quoi d-y aller, j'étais sûr à deux cent pour cent que je n-y mettrais plus jamais les pieds... si j'en ressortais.
Je sursautais en sentant quelque chose se poser sur moi, dans mon dos, et je n'avais même pas eu besoin de me retourner pour comprendre que c'était une sale blague, d'un anglais ou d'un américain, sans-doutes. Ça s'entendait à l'accent, et j'étais plutôt surprit d'en rencontrer un, bien que cette rencontre allait sans-doutes mal se terminer, à cause de ma réaction.

Prit d'un sale réflexe, j'attrapais mon revolver qui était caché dans une de mes poches et me retournais rapidement, pointant directement le canon de l'arme... entre les deux yeux de celui qui s'était approché d'un peu trop près. J'avais cette lueur meurtrière dans les yeux et je n'aurais pas hésité à tirer si je ne me retenais pas.
Malgré cela, je ne pouvais pas m'empêcher de sourire en voyant la tête qu'il tirait ; au moins je savais quel effet ça faisait d'avoir une arme pointée sur un organe vital.

« Tu veux essayer avec la vraie, gamin ? Ça calmera peut-être tes ardeurs d'inconscient, tu ne crois pas ? »
 

:HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain.



avatar


Messages : 80
Hoshicoins : 261
Date d'inscription : 31/05/2014
Age : 22

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain.
♣Age♣: 19 ans.
♦Related to♦: Yuki Fuyumi.

MessageSujet: Re: J'ai demandé à la lune... Jeu 22 Jan - 1:00

Un sourire ; ce fut la première chose que calcula vraiment Billy, trop occupé à loucher sur ce qu'on lui avait appuyé entre les deux yeux pour vraiment se rendre compte du reste. Le canon de l'arme, froid contre sa peau tiède, envoya des milliers de frissons le long de sa colonne vertébrale. Merde.
Merde merde merde.
Il voulut reculer, s'éloigner de l'arme – sans en être capable. Difficile de faire le moindre pas dans son état de panique. De toute façon, concrètement, il savait que ç'aurait été une idée complètement stupide ; on ne bouge pas quand on vous menace avec une arme, d'autant plus si c'est quelque chose qui tire des balles pouvant vous atteindre même à des mètres et des mètres de distance. On ne tourne pas le dos non plus. On ne. Bouge. Pas. Raison pour laquelle il resta bien droit, bras ballants, yeux plissés et jambes vaguement tremblantes. Okay. Ce n'était pas exactement comme ça qu'il s'était imaginé les choses, mais pouvait-on le blâmer ? Sur les dizaines de personnes qui passaient dans le coin de nuit comme de jour, combien portaient un putain de pistolet ? Et évidemment, lui, Billy Burnley, avait décidé d'ennuyer la seule de ces fucking personnes qui...

Uhhh. Il était vraiment maudit.

« Tu veux essayer avec la vraie, gamin ? Ça calmera peut-être tes ardeurs d'inconscient, tu ne crois pas ? »

Dans un réflexe idiot, il se retrouva à fermer les yeux en craignant qu'on ne lui tire dessus à tout moment. Il n'en menait pas large, c'était clair ; d'un autre côté, ce n'était pas comme si on l'avait habitué à vivre sous la menace des flingues en tous genres. S'il avait été élevé en Amérique, encore, il voulait bien ; mais au Japon ? Et surtout, dans une ville comme Hoshikami ? Sachant que c'était pour être tranquille et loin de ce genre de problèmes qu'il avait déménagé, l'ironie de la situation n'en était que plus mordante encore.
Doucement, après avoir évalué ses chances de survie s'il opérait une fuite rapide vers le Temple, Billy déglutit et rouvrit les yeux. Il hésitait entre supplier la queue entre les jambes et tenter de conserver un minimum de fierté ; le choix de toute une vie. Vie qui, justement, dépendrait peut-être de sa décision. Le tout était de déterminer si oui ou non ce type était prêt à tuer un innocent près d'un lieu de culte uniquement parce qu'il l'avait vaguement ennuyé.
Comme ça, il aurait été tenté de dire que c'était juste pour lui faire peur ; que ce n'était peut-être même pas une vraie arme à feu, pour ce qu'il en savait.

Sauf que, sauf que.

« C-c'est bon, eh, lâcha-t-il après un bref rire nerveux. J'ai rien fait, alors, range ton truc, okay ? »

Waw. Question éloquence, il se surpassait clairement. D'un autre côté, la peur avait cette merveilleuse faculté d'empêcher la réflexion un tant soit peu poussée ; il n'en était pas au point de pleurer, mais mieux valait ne pas insister. N'importe qui se serait décomposé en sachant sa vie en danger. Réellement en danger.
Ça lui rappellait des souvenirs tout sauf agréable et très honnêtement, il ne tenait pas à revivre ça. La douleur. La peur. La douleur, la douleur.

« Je suis désolé », articula-t-il bien lentement.

Concrètement, il ne pouvait pas faire beaucoup mieux pour l'instant.

Hors RP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 18
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: J'ai demandé à la lune... Jeu 22 Jan - 10:04



« ... »

Je marquais un long silence inquiétant, mon arme étant toujours pointée entre les deux yeux du garçon. Je hochais lentement la tête et le regardait dans les yeux. Avait-il vraiment peur ? Au final, j'avais juste rangé mon revolver dans ma poche et lui avait tourné le dos, je n'allais pas le tuer pour si peu, même si au fond, j'aurais tellement voulu lui loger une balle dans la cervelle.

« T'es UN PEU mal placé pour me dire quoi faire, tu crois pas ? Tu donnes des ordres à plus vieux et mieux armé que toi, ça ne te fais pas peur ? J'admire ton courage, petit. »

J'avais ce fichu accent français quand je m'énervais. Oui, je suis né au Japon, mais j'ai vécu pas mal d'années en France, et ça s'entend dans la prononciation, même si je parle pourtant très bien Japonais.

Mon interlocuteur venait de s'excuser et sans lui laisser le temps de respirer à nouveau, je lui balançais mon arme à la figure, par chance pour lui, je le manquais de peu. Ah, oui, j'avais toujours été doué au tir, mais pas au lancer d'armes à feu, et ça m'énervait. Si seulement j'avais encore mes deux bras pour pouvoir lui coller une belle droite au lieu de faire des gestes stupides comme ça.

« BAKA ! Le meilleur moyen de t'excuser, c'est de déguerpir ! »

Sans pour autant lui laisser le temps de répondre, je le bousculais tellement brutalement que j'étais quasiment certain de pouvoir déplacer un rocher de ma taille, de cette façon.

« Hors de mon ch'min, j'aimerais retrouver mon arme. »

Je me mettais à genoux par-terre. Comme il faisait noir, ça allait être difficile étant donné que je n'avait pas spécialement regardé où elle aurait pu atterrir. Tant pis, ça m'apprendra à lancer mes affaires n'importe-où.
 

:HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain.



avatar


Messages : 80
Hoshicoins : 261
Date d'inscription : 31/05/2014
Age : 22

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain.
♣Age♣: 19 ans.
♦Related to♦: Yuki Fuyumi.

MessageSujet: Re: J'ai demandé à la lune... Ven 23 Jan - 1:00

Une sorte de petit cri un peu stupide s'échappa de la gorge serrée de Billy lorsque l'arme vola brusquement dans sa direction ; aussi craintif que si elle avait menacé de lui éclater à la figure au moindre contact, il la vit passer près de lui sans oser respirer. Il l'avait raté. Raté. Tout allait bien. Il ne s'était rien pris sur son si beau visage et à priori l'autre type n'était maintenant plus armé : tout bénéfice pour lui. Comme quoi s'excuser et quasiment sentir ses jambes se dérober sous lui de peur avait ses bons côtés. Efficace, comme technique. Bon, à l'évidence pas de l'avis de monsieur le tireur, qui jugea bon de lui préciser que déguerpir aurait été une façon plus pertinente de gérer les choses – mais pour être honnête, là tout de suite, il aurait été incapable d'aller où que ce soit. D'autant plus que maintenant qu'ils étaient tous les deux à armes égales, si l'on peut dire, il se sentait pousser des ailes de courage qu'il ne se soupçonnait même pas un instant plus tôt.
Il avait envie d'en découdre. Bon, ce n'était clairement pas le bon moment ni la bonne personne pour ça, mais tant pis ; Billy était un peu stupide sur les bords, sans doute. Il n'avait jamais revendiqué une intelligence particulière, de mémoire, et ne se servait guère de ses neurones que pour écrire et lire. Le reste des matières et des choses intellectuelles que tout le monde était censé savoir faire, il s'en fichait un peu beaucoup. Savoir compter jusqu'à cent mille ou multiplier par vingt ou quoi que ce soit d'aussi scolaire et ennuyeux, très peu pour lui.

« Hors de mon ch'min, j'aimerais retrouver mon arme. »

Ben tiens. Après un « ouch » de rigueur et un bref massage de son bras endolori, il jeta un regard noir à l'inconnu. Retrouver son arme ? Comme s'il allait le laisser faire ça ! Profitant qu'il était à genoux, et donc plus bas que lui, il fit quelques pas pour tenter de repérer l'objet sensément brillant dans la nuit quasiment noire. Ça n'allait pas être facile avec cette fichue lune qui refusait de les éclairer plus... Mais ce n'était pas infaisable. Or s'il la retrouvait avant lui, il aurait l'avantage. Il pourrait, il pourrait...
Avec une petite exclamation joyeuse, Billy s'empara de l'arme tombée non loin ; voulut reculer et, avec toute la grâce du monde, glissa dans l'herbe tendre. Il se retrouva bien vite sur les fesses, les deux mains serrées sur le flingue de la pire des façons qui soit – à savoir pas du tout comme n'importe qui s'y connaissant un minimum l'aurait tenue. Il n'allait pas blesser grand monde s'il ne mettait pas un seul doigt près de la détente. Mais ça, allez le lui expliquer. Il se trouvait très convainquant, pour sa part, affalé dans l'herbe à moitié humide, une arme braquée sur son ennemi provisoire du bout de bras rendus tremblants par l'effort.
Il ne mangeait pas assez, ces derniers temps.

« Ha, lâcha-t-il d'une voix où résonnait de la colère. Tu me donnes quoi en échange de ton bidule ? »

L'idée qu'il puisse s'approcher ou décider de le récupérer par la force ne lui passa pas par l'esprit. On ne s'approche pas d'un type armé. Normalement. Selon lui.
Non ?


Hors RP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-Étoile



avatar


Masculin Messages : 84
Hoshicoins : 549
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 18
Localisation : Chez moi. \o/
Humeur : Changeante... je pense.

♣Carte d'identité♣
♠Votre Race♠: Humain (Anti).
♣Age♣: Vingt-deux ans.
♦Related to♦: Julian Hannagan.

MessageSujet: Re: J'ai demandé à la lune... Mer 28 Jan - 10:46



Je ne pouvais pas m'empêcher de le maudire intérieurement en le voyant avec mon arme, de plus, il la tenait grossièrement et ça se voyait à cent mètres qu'il n'avait jamais tiré sur quoi que ce soit. Je sentais ma rage monter en moi pendant que toutes sortes d'injures me passaient par la tête, mais c'était vraiment le genre d'injures difficiles à entendre.

« Ah. Tu me donnes quoi en échange de ton bidule ? »

Je vous jure que si j'avais la force de soulever une montagne, je n'aurais pas hésité à l'écraser avec. Voyant qu'il n'avait pas les doigts sur la détente, je m'approchais de lui assez rapidement et saisissais le canon de l'arme avant d'en dévier la trajectoire avant qu'il ne puisse tirer.
Un mauvais sourire se dessina sur mon visage ; j'avais bien envie de le taquiner un peu, ce garçon. Après-tout, il l'avais mérité, non ? Sans hésiter, je lui arrachais le revolver des mains et le fixait d'un air narquois, presque malsain en fait.

« Pauvre garçon. J'ai presque envie de te donner des cours particuliers tellement tu fais pitié. Enfin, je veux dire que rien qu'à voir ta façon de tenir une arme me dit que tu n'en as jamais touché une de ta vie, je me trompe ? »

Je marquais une courte pause avant de reprendre en lui tournant le dos :

« Ou bien... serais-tu trop stupide pour savoir ce qu'est la détente, sur une arme à feu ? Sérieusement, pourrais-tu faire la différence entre ton coude et un poteau télégraphique ? »

Quel honneur et quel plaisir peut-on tirer en s'attaquant à des innocents comme lui, même si au fond, je me doutais que ça pouvait l'énerver, mais il ne serait pas assez stupide pour oser s'attaquer à un type qui a bien faillit lui loger une balle brûlante entre les yeux.
Je me demandais d'ailleurs ce qu'il pouvais bien trimballer dans son sac dans un endroit aussi peu éclairé la nuit... Je n'en avait pas la moindre idée pour être franc.

« Non. Je ne pense pas que tu en serais capable, honnêtement. »

:HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'ai demandé à la lune...

Revenir en haut Aller en bas

J'ai demandé à la lune...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» J'ai demandé à la lune ... ♪
» Un soir de pleine lune
» Les taches de la lune
» Comprendre la lune
» Un Haitien sur la Lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hoshikami RPG. :: ♣ Un peu plus loin... ♣ :: Le temple-